.:.Chronique.:.

Pochette

Cercueil

Erostrate

[Le Son Du Maquis::2011]

|01 Boredom's Magnetic Eyes|02 After Dark|03 Slave Wave|04 Jumping War|05 Subtitle|06 The Guest|07 Shade Unit|08 A Ray Apart|09 Things|10 Known to None|

A l'époque de leur première production, je n'avais pas eu assez de mots pour dire combien Cerceuil méritait tous les éloges possibles. Depuis, le duo mené par Nico Devos et Pénélope Michel (renforcé depuis par la présence d'Olivier Durteste à la batterie) a fait bien du chemin et on se réjouit de la dimension qu'il a pris. En effet, Cercueil est sans doute aujourd'hui l'un de nos plus beau fleuron et Erostrate, leur nouvelle livraison, est là pour confirmer ce que d'autres n'ont pas encore perçu. Parce que oui, Cerceuil n'a pas encore percé au grand jour malgré tous ses efforts. C'est sans doute l'époque qui veut ça. Une époque où la musique fast-food a plus d'importante que celle qui propose un vrai contenu. Et du contenu, Cercueil n'en est certainement pas avare. Celle que j'avais qualifiée de grande prétresse, de Mona Soyoc des temps modernes est toujours aussi séductrice, n'essaye pas d'en mettre plein la vue pour pas grand chose. Sur sa simple présence, presque austère mais toujours aussi rayonnante Pénélope Michel incarne ce personnage distant qui peut vous regarder de haut, non pas par condescendance, mais tout simplement pour donner cette dose de mystère, de noirceur fantastique comme pour signifier cette inaccessibilité rock qui permet toute cette magie.

Pour autant, tout ne repose pas sur les seules épaules de Pénélope Michel, aussi solides soient-elles. L'univers sonore de Cercueil, sorte d'électro pop en clair obscur, avec, à la limite, une ambiance quelque peu gothique mais sans avoir les plus mauvais clichés. Si Cercueil fait dans le gothique c'est sans nostalgie et ce avec les moyens de son temps. Pas question donc de faire un calque de ce qui se faisait dans les années 80 ou de se poser comme des "héritiers de". Cercueil est sans doute un peu plus que cela et dépasse cette étiquette en réinventant le genre, en se réinventant, construisant une identité unique qui repose autant sur l'organique que l'électronique, portée par cette voix magistrale qu'est celle de Pénélope Michel. Déjà avec leur premier ep, puis avec Shoo Straight Shout, on savait que l'on tenait un groupe un peu à part qui malgré son semblant de noirceur est un véritable éclat de lumière. Erostrate confirme que Cercueil est fait pour durer dans une subtile séduction.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 18-03-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/cercueil

?>