.:.Chronique.:.

Pochette

Papaye

La chaleur

[Africantape / Kythibong::2011]

|01 Gym Tonus|02 Rabbit Kruegger|03 La sueur|04 Greatest Heat|05 Cheval télescopique|06 Fraîcher et saveur|07 Watermelon frappé|08 Tuna Island|09 Vert et volant|10 Florence Arthaud|11 Fémur de femme|12 Megaplus|

Ils se connaissent tous plus ou moins. Ils se rencontrent, jouent ensemble, s'apprécient et finissent par monter des projets parallèles comme Papaye. C'est dans le cours des choses. Ainsi Papaye, perpétue cette aventure nantaise du math-rock qui, aujourd'hui s'est largement exporté. Papaye donc, un trio composé d'un membre de Pneu, un de Room 204 et un de Komandant Cobra. Clairement, ces trois là n'étaient pas fait pour faire du folk ou de la musette. Leur premier album, La chaleur, est plutôt façonné de manière à ce que vous vous preniez une bonne suée, de celle qui vous vide complètement, jusqu'à l'épuisement. C'est le principe même d'un math-rock brutal, frontal et qui ne veut pas jouer dans la cour de ceux qui tente de l'intellectualiser. Bien évidemment, La chaleur se distinguera par sa petite durée, comme il se doit. En effet, cela fait parti des impératifs, donner l'essentiel en peu de temps. Pas de remplissage donc, pas de temps morts, rien qui puisse vous donner l'impression que l'on relâche un tant soit peu la pression. Stop and go ! C'est ainsi que le groupe fonctionne. Des montées d'adrénalyne, des coupures, des césures pour reprendre immédiatement derrière pour éviter à quiconque la moindre accoutumance.

Papaye a donc de la ressource mais ses membres ne sont pas des amateurs et ont fait depuis longtemps leurs preuves. Ce qui aurait été étonnant c'est que La chaleur soit un misérable ratage. Sans réinventer le genre, le trio sait se rendre rudement efficace et ne demande surement pas être autre chose. Papaye s'inscrit dans une famille bien française et bénéficie de l'expérience non négligeable de ses membres. Depuis l'apparition de groupes comme Chevreuil (c'était en 1998 déjà !), on n'aura guère été déçu par ces formations ressérées autour d'une simple guitare (voire comme ici une deuxième) et d'une batterie. Avec un minimum de moyens Papaye développe cette puissance angulaire qui a fait trembler bien des murs de salles de concerts de l'hexagone, de l'Europe et d'ailleurs. La chaleur est rayonnant et n'envisage jamais une baisse de régime. Les grands espaces arctiques ne sont pas pour eux. Ici, le climat est plutot tropical et on préfère clairement une bonne transpiration, aussi courte soit-elle à une expérience moins corporelle et remplie d'artifices.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 16-03-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/kythibong

http://www.africantape.com/

?>