.:.Chronique.:.

Pochette

Current 93

Baastrom, Sing Omega

[Coptic Cat::2010]

|01 I Dreamt I Was Aeon|02 With Flowers in the Garden of Fires|03 December 1971|04 Baalstrom ! Baalstrom !|05 Passenger Aleph in Name|06 Tank of Flies|07 The Nudes Lift Shields for War|08 Night ! Death ! Storm ! Omega ! |09 I Dance Narcoleptic|

Beaucoup de personnes ont découvert Current 93 avec Black Ships Ate the Sky, paru en 2006. David Tibet a connu une couverture médiatique comme il n'en a jamais eu auparavant. Affilié à un courant mal connu et, surtout, mal compris, Tibet, prince du néo-folk, a pris une sacré revanche sur les détracteurs du genre qui, bien souvent, pèchent par ignorance. Une reconnaissance qui arrive plus de 20 ans après la création de Current 93 et que Tibet ait quitté le Psychic TV de Genesis P.Orridge. Son parcours aura été riche, croisant sur sa route Steven Stapleton (Nurse With Wound), Boyd Rice (Non), Tony Wakeford (Sol Invictus), Ian Read (Fire + Ice), Douglas Pearce (Death In June), Björk, HöH, Nick Cave, Ben Chasny (Six Organ of Admittance), Will Oldham... Du courant industriel des débuts il ne reste aujourd'hui plus rien, Tibet ayant depuis de nombreuses années prit un virage vers une musique plus organique, mystico-apocalyptique, ce qu'on appelle communément le néo-folk. Il serait trop long de citer les trops nombreux chef d'oeuvres de Current 93. On pourra sans doute parler de Thunder Perfect Mind, All the Little Pretty Horses ou Soft Black Star mais on pourrait facilement les remplacer par d'autres. Hautement prolifique, Current 93 n'hésite pas à sortir plusieurs disques par an. Baalstorm, Sing Omega n'est pas la dernière livraison (Haunted Waves, Moving Graves est sorti en même temps et Honey Suckle Aeons doit paraitre ces jours-ci) mais, quoi qu'il arrive, cela reste une expérience unique.

Il n'y a sans doute pas grand chose de neuf dans l'approche que peut avoir Tibet mais il continue d'explorer ce qui a été entamé avec Black Ships Ate the Sky. C'est la fin d'un cycle nous dit-on, mais Tibet est plus que jamais incantatoire, ancré dans un mysticisme qui oscille douloureusement entre les ombres (nombreuses) et la lumière. Cette dernière apparait de plus en plus comme salvatrice, comme source de rédemption et de nouveau départ. Mais Baalstrom, Sing Omega montre à quel point on peut être à la limite et que tout peut basculer. Et en conteur magnifique, Tibet reste ce personnage ambigu, inquiétant mais qui peut également se montrer céleste. Baalstrom, Sing Omega ne cesse alors de jouer sur ces deux tableaux mais alors que l'on croit qu'avec I Dance Narcoleptic tout semble s'écrouler et sombrer dans une folie millénariste, il suffit d'attendre quelques secondes pour entendre le bruit du ressac et les dernières paroles de Tibet, appaisées, comme une épitaphe ou la fermeture d'un chapitre. Aura t'il exorcisé ses propres démons ? Rien n'est moins sur car la certitude ne fait pas partie de son quotidien. Pour autant, cette incertitude est ce qui lui permet d'être sur la corde raide et de produire des albums aussi inspirés. C'est pour cela que Current 93 est un cas à part dans le néo-folk. C'est pour cela qu'il est un cas à part tout court.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 12-03-2011

A voir également :

http://brainwashed.com/c93/

http://www.copticcat.com/

?>