.:.Chronique.:.

Pochette

Arnaud, Erik

L'Armure

[Matrice Recordings / Monopsone::2010]

|01 Cheval|02 Richard Cordoba|03 Nous Sommes|04 Rue de Parme|05 Vies monotones|06 Rocco|07 Abigael|08 Nous vieillirons ensemble |09 Combat|10 L'armure|

Huit années d'attente. C'est un peu long pour enfin voir un successeur à Comment je vis. Il faut dire qu'Erik Arnaud n'a pas eu vraiment le temps de se croiser les bras. Entre le nouveau costume de père qu'il a pris très au sérieux, on a pu le voir dans le film Process aux côtés de Béatrice Dalle et de Guillaume Depardieu. De manière plus concrète on lui doit la réussite des albums Rio Baril et Courchevel de Florent Marchet qu'il a même accompagné sur scène. De son propre aveu, cette expérience a été déterminante pour lui puisqu'il est désormais impossible pour lui de "travailler autrement". De même il a participé aux projets Fantaisie Littéraire et Frère Animal ainsi qu'à l'enregistrement et le mixage d'un ep de La Fiancée. Donc, non, Erik Arnaud n'avait pas vraiment disparu. Cependant, si on revient à son travail avec Florent Marchet on se rend parfaitement compte sur L'Armure a quel point Erik Arnaud est devenu moins sombre, pas moins cynique mais certainement plus souple dans son approche musicale. En huit ans on a le temps de changer et ce nouvel album en est la preuve. A la première écoute on se dit que l'homme s'est adoucit musicalement et qu'au niveau des paroles il joue de plus en plus sur des malaises existentiels et nombrilistes qui vont dans une sorte d'outrance qui approche le vulgaire.

Mais, comme d'habitude, rien n'est jamais simple avec Erik Arnaud. Ce que l'on croit être une attitude de poseur petit bourgeois n'est qu'une fausse impression qui ne demande qu'à être dépassée. De plus s'il nous semble qu'il parle de lui, il faut se rendre compte qu'en faisant cela il parle aussi de nous. En effet, il n'est pas difficile de s'identifier à ces instantanés de la vie quotidienne, cette difficulté de la vie à deux, une vie torturée qui est le combat journalier des gens normaux. Cette lutte, cette vision est, paradoxalement, merveilleusement illustrée par une chanson qui n'est pas d'Erik Arnaud. La reprise qu'il fait de Vies monotones de Gérard Manset incarne parfaitement ce dont il essaye de faire passer au travers de ses propres chansons. Un moyen comme un autre de montrer dans quelle veine il s'inscrit et de qui il peut se sentir proche (Au point d'éditer son disque sur une maison d'édition qui s'appelle Matrice Recordings, il n'y a pas de hasard). Mais cette chanson est aussi un manifeste pour cet album. L'Armure est peut-être un album plus "optimiste" que Comment je vis mais comme il le dit dans Combat, comme un terrible constat, il est devenu "adulte" et il n'a "plus rien à prouver". Nous, on le savait déjà mais il est tout de même de voir qu'Erik Arnaud insiste.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 09-02-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/erikarnaud

?>