.:.Chronique.:.

Pochette

Benjamin Fincher

Where the River Goes

[Autoproduction ::2009]

|01 Minute Song|02 The South|03 Under the Circumstances|04 Hillsides of my Mind|05 Childhood Memory|06 The North|07 Up & Down Stream|08 St.Valentine|09 Sea is Mine|

Ils sont gentils, ils nous préviennent par avance. Benjamin Fincher n'existe pas ou, du moins, il n'est pas parmi les musiciens qui officient dans cette formation. Benjamin Fincher n'a donc pas un seul visage mais plusieurs. De Radiohead à Neil Young en passant par Kings Of Convenience, le groupe possède également plusieurs identités musicales. Ce n'est pas pour nous déplaire tant Benjamin Fincher sait s'adapter à toutes les situations sur la base d'un song-writing de haute qualité. Pour ceux qui suivent l'actualité du groupe, il n'échappera à personne que ce disque reprend trois morceaux du Old Joy ep (uniquement disponible en digital) à savoir Minute Song, The South et Sea Is Mine. Les autres proviennent du St.Valentine ep. Bien que ces morceaux aient été enregistré dans des contextes différents on constate tout le talent de Benjamin Fincher à attirer notre attention. Avec un calme olympien, le groupe distille ses petites pépites, minutieusement, délicatement, avec amour et une préciosité qui pourrait faire rappeler celle de Belle & Sebastian. Mais, au contraire des britanniques, Benjamin Fincher a plus de solutions à offrir et ne s'en prive pas de le faire. Entre électronique, folk et chamber music, les français proposent tout un attirail parfaitement maitrisé et enchanteur. Il est étonnant que le groupe végète dans l'autoproduction depuis ses débuts. C'est peut-être un choix afin d'être totalement libre artistiquement. Where The River Goes est de ces moments onirique et lumineux qui, dans une totale humilité, partage une émotion franche et tout à fait sensible. Benjamin Fincher mériterait d'être plus connu.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 29-01-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/benjaminfincher

?>