.:.Chronique.:.

Pochette

Nest

Retold

[Serein::2010]

|01 Lodge|02 Kyoto|03 Marefjellet|04 Charlotte|05 Cad Goddeu (Revised)|06 Trans Siberian|07 Wheatstone|08 The Helwick|09 Far From Land|10 The Twelve|11 Amroth|

Récemment nous avons été ravi par les expériences menées par Olan Mill. Ceci dit, Pine n'était pas la première référence du label Serein. Ce dernier était d'abord un net-label avant de décider de passer le cap en publiant sur des supports physiques. Le premier album qui débute cette nouvelle direction est donc cet album de Nest, duo composé de Otto Totland (Deaf Center) et du créateur même de la structure, Huw Roberts. Retold, qui nous est présenté aujourd'hui, est une version complétée d'un ep qui était originellement disponible en téléchargement libre. Cinq nouveaux titres viennent donc renforcer un ep qui, déjà en son temps, se suffisait à lui même. A priori, ce n'était pas l'avis des deux hommes. Nous n'aurons pas à nous en plaindre vraiment tant ces cinq nouveaux morceaux viennent parfaitement se fondre dans cet univers hivernal aux accents cinématographiques, néo-classique et ambiant. Ici, tout est clair, limpide, sans ombres traversant les airs comme le plus poignant des haïkus. D'ailleurs, la pochette du disque est sans équivoque. Illuminé par un soleil aveuglant, la mer, dans son mouvement perpétuel, vient s'échouer naturellement sur des éléments rocheux immémoriaux. Tout ici semble se passer comme si c'était le cours naturel des choses.

Cette nature sereine, sans doute représentée par un piano omniprésent, est accompagné de nombreux détails mélodiques intemporels. Tout s'imbrique comme dans un puzzle même ce qui peut sembler incongru. Quelque par cela ressemble à du Philip Glass sans le côté trop répétitif mais avec cette dimension dramatique que l'on peut retrouver dans certaine de ces oeuvres comme Anima Mundi. De plus, Nest n'hésite pas à utiliser du field recordings pour donner une consistance singulière aux compositions de Retold. Voici donc un album qui suspend le temps et s'écoute sans que rien ne puisse vous perturber. Il représente tellement de sentiments enfouis qu'il serait dur de tous les énumérer. Et à quoi bon ? Un disque comme Retold se ressent plutôt qu'il ne s'explique. Faire le contraire serait surement une perte de temps. D'ailleurs, sans plus tarder, je retourne m'enfermer dans cette bulle sonore où plus rien ne semble important. Seul l'émotion dégagée par la musique de Nest compte et ce de manière absolue.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 19-01-2011

A voir également :

http://www.serein.co.uk

?>