.:.Chronique.:.

Pochette

Visions

Summoning The Void

[Cyclic Law::2010]

|01 Dawning|02 Summoning the Void|03 In the Midst of Infinity|04 Vortexed|05 Invocation|

Frédéric Arbour a pris son temps avant de sortir un nouvel album de Visions. En même temps cela peut se comprendre, car celui que l'on a d'abord connu sous le nom d'Instincts est aussi membre de Longing For Dawn et s'occupe pleinement de son label Cyclic Law qui est devenu une référence incontournable dans la sphère des musiques sombres. On comprend un peu mieux que Lapse ait attendu cinq bonnes années avant d'avoir un successeur. Summoning The Void reprend donc les choses là où on les avait laissé (si on n'exclut pas non plus le ep Celestial Sphere sorti en 2006). Ce nouvel album composé de cinq longues pièces nous fait plonger dans les abysses, les profondeurs d'un vide sans nom. Auteur d'une dark ambient monumentale et d'une religiosité qui peut faire penser à celle des cénobites (les premiers à entrevoir la vie monacale et non la caricature vue dans Hellraiser). Pour autant Visions ne vénère pas un dieu ou si c'est le cas celui-ci se nomme "vide". Summoning The Void ou, littéralement, "faire venir le vide". Le vide, espace infini, propre à tous les fantasmes, toutes les peurs, cette inconnue fascinante qui n'en finit plus de nous attirer.

Pour autant, pour Frédéric Arbour le vide n'est pas tout à fait le néant. La musique qu'il a réalisé pour l'invoquer et la représenter n'est pas un ensemble sans vie, sans lumière ou sans mouvement. En effet, même si on se déplace lentement, la musique déployée par Visions tente d'occuper tout l'espace sans donner l'impression que le temps soit quelque chose d'important ou de vital. Cependant, cet espace semble sans limites, sans contours précis. On le contemple comme un abîme qui change sans cesse de forme, entité maléable mais qui ne se solidifie jamais tout à fait. Summoning The Void s'incarne parfaitement dans le rôle qu'il s'est attribué et qui poursuit fidèlement le chemin tracé par les travaux précédents de Visions. Pour être plus juste, les noirs dessins de Visions s'affinent sans donner l'impression qu'ils débouchent sur la réponse qui résovlerait toutes nos questions. D'ailleurs, la dark ambient de Frédéric Arbour est un allé simple vers l'inconnu, un monde mystique propre à un questionnement perpétuel. Cela est mieux ainsi. C'est ce qui fait tout l'intérêt et la profondeur de sa musique. Sans être un disque majeur pour autant, Summoning The Void demeure un disque introspectif magistral.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 01-01-2011

A voir également :

http://www.myspace.com/visions/music

?>