.:.Chronique.:.

Pochette

Broken Bells

s/t

[Columbia / Sony Music::2010]

|01 The High Road|02 Vaporize|03 Your Head Is On Fire|04 The Ghost Inside|05 Sailing To Nowhere|06 Trap Doors|07 Citizen|08 October|09 Mongrel Heart|10 The Mall & Misery|

Décidément, Danger Mouse adore les collaborations de haut calibre. Après celle avec Mark Linkous qui aura été marquée par tant de péripéties, c'est avec James Mercer de The Shins qu'il adjoint ses efforts pour un disque qui s'avère être un joyau de chansons pop. Et il n'y a pas photo tant ce premier opus, d'une collaboration dont on espère un avenir florissant, n'a pas son pareil pour enchaîner les morceaux d'une classe quasi surnaturelle. Enfin, tout cela n'est pas du au hasard et cet album n'a pas été fait à la va comme j'te pousse. En effet, Brian Burton et James Mercer se connaissent depuis quelques temps (ils se sont rencontrés en 2004 dans le cadre du festival Roskilde) et le projet était déjà sur les rails depuis 2008. Certes, tout cela a un côté vieillot, entre sixties et seventies, proche des ambiances nostalgiques du premier Phoenix ou de Air, gardant la souplesse des premiers et oubliant les approches vaporeuses des seconds. La voix chaleureuse de Mercer fait terriblement merveille. D'ailleurs, l'association entre les deux hommes est une vrai réussite, une expérience imparrable, créant des chansons que l'on peut tout simplement qualifier de classiques tant ils sont d'une évidence à vous couper le souffle.

En clair, c'est le genre de disque que tout popeux rêve de produire un jour. L'incandescence, la justesse, la légèreté et le retour à une simplicité mélodique qui se trouve sappé comme un sapin de Nöel. Tout cela c'est le cadeau que nous offre Broken Bells. Dix chansons qui sont comme des bêtes de concours. Voilà qui sort de l'ordinaire pop qui domine le genre. La dernière pépite qui était parvenue à nous était sans doute Dark Knight Of The Soul. Il n'y a donc pas de mystère. Tout ce que touche en ce moment Danger Mouse est d'or et il est manifeste qu'il sait s'associer aux personnes qu'il faut pour que chacun de ses projets soit plus qu'une expérience de bon goût. C'est assez rare pour le souligner, ce disque est d'une quasi perfection et, une fois n'est pas coutume il est sorti sur une major. Donc oui, les majors ne sont pas fatalement le grand Satan et il arrive, plus souvent qu'on ne croit qu'ils sortent des galettes qui n'ont pas l'odeur de moisi. Et d'ailleurs peu importe par qui est publié Broken Bells. Seul compte ces chansons qui viennent de passer, sans coup férir, dans la légende.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 08-12-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/brokenbells

?>