.:.Chronique.:.

Pochette

Limes, The

s/t

[Sauvage Records::2009]

|01 The Snake|02 Beyond Blue|03 Miniature|04 São Francisco Waters|05 City Lights|06 Morning, Noon & Night|07 Left Hand Cycles|08 Dead Furniture|09 Big Top Head|10 Between Roof & Bird|

Il y a quelques mois, pour ne pas dire il y a un an, David Simonetta de Toy Fight m'avait gentillement envoyé un disque de son autre groupe The Limes afin d'en faire une chronique. Il y avait, en effet, des chances que je puisse aimer puisque Peplum avait su caresser dans le bon sens mes tympans délicats. Je m'étais promis de jeter une oreille et d'écrire quelques mots sur ce disque. Un an après c'est avec une atroce honte que je m'exécute. Pourquoi laisse t'on un disque de côté plus qu'un autre ? C'est difficile de répondre à cette question. Ce n'est pas par mépris ni par oubli mais c'est souvent par manque de temps, d'autres priorités, on se dit que cela peut attendre encore un peu, et aussi un peu de mauvaise volonté. De toute façon il est toujours temps d'en parler puisque The Limes n'a rien sorti depuis et que ce premier opus a toujours le goût de la nouveauté. Enfin, en ce qui me concerne.

Groupe aux accents internationaux, The Limes se compose donc de David Simonetta, Mina Tindle, Orouni, John Hale et Brent Ballantyne. Un groupe franco-anglo-saxon qui porte assez bien sa double culture pop et folk. Un peu comme Toy Fight en somme. Cependant, il est assez sain d'arrêter là la comparaison pour éviter tous les parallèles douteux. Car même si les deux formations évoluent dans un univers assez proche, séparer les deux projets ne peut être que profitable. Délivrant des chansons formidablement bien troussées, éclairées et admettant le fait qu'il ne sert à rien de chercher une trop grande sophistication, The Limes reste sur une idée décontractée et légère de la pop-folk. En soit cela nous convient très bien et David Simonetta et ses camarades s'en tirent avec une aisance non dissimulée. On a la coeur léger quand on écoute ce disque et l'on a vivement envie de s'allonger dans une étendue herbeuse en plein été. En clair, en toute simplicité ce premier album réchauffe les sens et ressource son auditeur. Pourtant ce n'est pas une oeuvre terriblement renversante. Elle ne bouscule pas l'ordre établie mais The Limes, dans sa manière d'être, dans sa façon d'écrire des chansons aussi évidentes qu'efficaces, se rend plus attendrissant qu'on ne l'aurait cru. En tout cas, c'est une bien belle manière de se présenter.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 27-11-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/thelimesproject

?>