.:.Chronique.:.

Pochette

ANBB

Mimikry

[Raster-Noton::2010]

|01 Fall|02 Once Again|03 One|04 Ret Marut Handshake|05 Bersteinzimmer (long version)|06 I Wish I Was A Mole In The Ground|07 Mimikry|08 Berghain|09 Wust|10 Katze|

Quand deux hommes apprécient leurs travaux respectifs, il devient inévitable qu'ils finissent par collaborer ensemble. C'est ce qui est arrivé à Blixa Bargeld (Einstürzende Neubauten) et Carsten Nicolai (Alva Noto) pour un projet qui, jusqu'ici, à fait couler beaucoup d'encre. Deux monstres sacrés de la musique expérimentale germanique qui s'associent pour un album sur un label à la pointe de la musique électronique d'avant-garde. Si le projet existe depuis 2007, ce n'est que cette année que le duo a sorti sa première référence (l'ep Ret Marut Handshake) suivi de prèt par ce Mimikry qui, au fil des écoutes, se révèle être d'une richesse inouïe. Avec humour, Blixa Bargeld déclarait dans le numéro 60 de D-Side qu'ils avaient "essayé de faire un disque qui n'ait aucune dynamique" et qu'en ce sens ils avaient "échoué". Car oui, Mimikry est un disque qui possède une voire des dynamiques. Basé sur les formes abstraites et l'improvisation les deux hommes, qui ont pris comme point de départ les textes de Bargeld (hormis ceux de One originellement interprété par Harry Nilsson et I Wish I Was A Mole In The Ground), se sont adaptés aux circonstances et ont laissé libre court à leur créativité. Si le "chant" de Bargeld est reconnaissable entre mille et impose une présence spectrale, poétique, chaleureuse et toujours aussi aristocratiquement inquiétante, les éléments électroniques viennent s'apposer comme une seconde peau au chanteur aux pieds nus. Cependant si l'abstraction et l'expérimentation prennent ici une large place, Bargeld et Nicolai n'ont pas laissé pour autant de côté toute mélodie. En ce sens, un morceau comme Fall combine à lui seul tous les ingrédients utilisés pour ce disque.

Si Mimikry signifie peu ou prou mimétisme, il faut bien comprendre que les deux hommes ont agit dans ce contexte. Ils s'adaptent l'un à l'autre et fonctionnent de manière tout à fait instinctives. Si le cadre de l'enregistrement est ici limitatif, ANBB se permet plus de choses dans le cadre du live et vont plus loin dans l'improvisation. Cependant, Mimikry reste malgré tout un véritable tour de force, un magma sonore où le bruitisme cousine avec des mélodies du bout du monde. Mimikry est un ainsi un disque qui n'hésite pas à faire se cotoyer les extrèmes et cela réussit plutôt bien à la paire allemande. Une réussite qui ne se matérialise que par le fait de cet souplesse et cette liberté des formes sonores abordées. De fait, Mimikry est un disque viscéral, proprement émouvant et qui vous touche au plus profond de vous même. Comment pouvait-il en être autrement avec Blixa Bargeld ? Ce qui est plus étonnant, c'est qu'il ait réussi à entrainer avec lui le très cérébral Carsten Nicolai. Quoiqu'il en soit cela reste pour eux deux une expérience unique qui leur ont permis de traverser des territoires qu'ils n'avaient pas osé effleurer jusqu'ici. Le vrai challenge, désormais, sera de pouvoir sortir de ce très labyrinthique Mimikry. Mais le veut-on vraiment ?

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 19-11-2010

A voir également :

http://www.raster-noton.net/anbb

?>