.:.Chronique.:.

Pochette

Cindytalk

Up Here In The Clouds

[Editions Mego::2010]

|01 The Eighth Sea|02 We Are Without Words|03 I Walk Untill I Fall|04 Guts Of London|05 Switched To Lunar|06 Hollow Stare|07 The Anarchist Window|08 Multiple Landings|09 Up Here In The Clouds|

Il vaut mieux battre le fer tant qu'il est encore chaud. Après son retour en fanfare l'année dernière avec The Crackle Of My Soul, Cindytalk nous gratifie d'un nouvel album tout aussi opaque et porté sur des nappes électroniques abstraites et fantomatiques enrobées d'éléments noise. Donc, oui, c'est une confirmation que The Crackle Of My Soul n'était pas une saute d'humeur qui aurait pu être sans lendemain. Gordon Sharp et ses camarades s'emploient désormais dans la durée alors qu'ils annoncent d'ores et déjà un autre disque pour 2011 (Hold Everything Dear). Ce retour, en soi, s'il fait bien plaisir, est accompagné d'une qualité artistique qui ferait presque regretter que le groupe soit resté dans un silence discographique pendant si longtemps. Alors Cindytalk en profite et se radicalise. Clairement, Up Here In The Clouds va plus loin que son prédecesseur, explore plus nettement les friches industrialo-noise abordé chez son prédécesseur. Mais qui dit radicalisation ne veut pas dire pour autant que ce disque est inécoutable. Nous ne sommes tout de même pas dans le terrorisme sonore d'un Whitehouse. Cindytalk est juste dans une sorte d'expériementation sombre, glauque par moments, rejette l'uniformisation et se projette dans une abtsraction musicale où le minimalisme rêgne en maître absolu.

Voilà donc Cindytalk sur un sentier sinueux qui mène vers l'inconnu. Un voyage qui n'a rien de la ballade de santé mais qui s'adresse surement à ceux qui préfèrent les chemins dérobés, là où la présence de l'homme s'est raréfié. Une fois de plus avec ce disque nous n'évoluons pas à l'air libre mais plutôt dans un univers claustrophobe et sans cesse changeant. Ainsi, Up Here In The Clouds, malgré son titre trompeur, transforme son environnement à chaque morceau. Après tout, nous sommes peut-être bien avec les nuages ici. En effet, ces amas de goutelettes d'eau en suspension ne gardent jamais la même forme, se déplacent au gré du vent et subissent les aléas du temps. C'est aussi l'impression que l'on a en écoutant ce disque même si on imagine assez mal se déplacer dans la stratosphère tant la musique de Cynditalk renvoie assez souvent à des codes plus souterrains. Et ce n'est pas The Eighth Sea, qui débute par l'évocation du flux et reflux de la mer, qu'on se laissera berner. Up Here In The Clouds est donc pour le moins ambigu. Selon l'état d'esprit dans lequel on se trouve, il est évident que ce disque prend des significations bien différentes. Quoi qu'il en soit, il reste une belle expérience sonore, magnifiquement construite.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 05-11-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/cindytalk

?>