.:.Chronique.:.

Pochette

Brain Damage feat. Black Sifichi

Burning Before Sunset

[Jarring Effects::2010]

|01 There Is A Wind|02 Ignore|03 Only Lost In The Sound|04 Smoke In Our Minds|05 Bull's Ass|06 Don't Ask Me Why|07 Possibility Of Love|08 Plain White Butterfly|09 The Tower To Eternity|10 My Legs, My Arms, My Mind & My Brain|11 Invisible Click|12 Hope Of Utopia|

Quand on invite un type comme Black Sifichi il ne faut pas s'attendre à un disque joyeux. Le duo stéphanois Brain Damage le savait pertinemment. Ainsi, après avoir été à la pointe du renouveau dub dans l'hexagone, le groupe se plonge dans un dub plus sombre, plus sensible mais qui garde ses caractéristiques organiques. Brain Damage, donc, ici associé à Black Sifichi (dont on ne compte plus les collaborations de Simon Fischer Turner à Lena en passant par Burnt Friedman et Rodolphe Burger) propage une musique volumineuse à la noirceur évidente. Mais qui dit noirceur ne veut pas dire désespérance. Le désormais trio (le temps d'un disque en tout cas) ne cherche pas à se rendre mortifère mais tente de se tourner vers une musique plus nocturne et plus souterraine. C'est pour cela que Burning Before Sunset n'est pas un disque anxiogène mais une exploration de la nuit dans tout ce qu'elle a de mystérieux. Ce sentiment se renforce évidemment avec la voix profonde de Black Sifichi qui impose une dose de gravité voire de surnaturel à l'ensemble. Ce n'est donc ni la peur, ni l'angoisse qui entoure cet album. Brain Damage nous entraine juste dans un univers plus tendu, moins consensuel parfois proche de l'industriel (Bull's Ass, Don't Ask Me Why) mais en gardant comme fond principal le dub.

Brain Damage en est donc à une sorte de tournant dans sa carrière avec Burning Before Sunset. Cependant il y a aussi une sorte de continuité dans l'idée que se fait le duo de la musique qu'il produit. En effet, Brain Damage, comme la plupart de ses camarades de label (Jarring Effects), a toujours privilégié une forme hybride du dub pour lui donner des possibilités qui dépassent les dogmes. Brain Damage brise donc des barrières et s'aventure avec délectation sur des terrains de jeux qu'ils savent glissants. Le duo a l'habitude et il est préférable de voir la démarche d'un groupe comme celui-ci, au risque qu'il se trompe lourdement, plutôt que d'entendre une formation que se complait dans la routine. De routine il n'y en aura sans doute jamais avec Brain Damage et c'est ce qui est rassurant. Ils nous le prouve une fois de plus avec Burning Before Sunset, disque riche en émotion et en textures sonores inhabituelles.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 28-10-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/braindamagedub

?>