.:.Chronique.:.

Pochette

Solar Bears

She Was Colored In

[Planet Mu::2010]

|01 Forest of Fountains|02 Children of the Times|03 Twin Stars|04 She Was Coloured In|05 Head Supernova|06 Crystalline (Be Again)|07 Cub|08 Hidden Lake|09 The Quiet Planet|10 Solarization|11 Division|12 Primary Colours at the Back of My Mind|13 Dolls|14 Neon Colony|15 Perpetual Meadow|

L'Irlande n'est pas que la patrie de U2 et fort heureusement. Elle est aussi celle des deux Solar Bears à qui on promet un avenir radieux sur la foi d'un Inner Sunshine assez prometteur. Après l'exament du ep passé, Solar Bears n'a pas vraiment trainé pour passer à l'étape suivante. She Was Colored In est donc l'album attendu par tous les afficionados de musique rétro-futuriste, d'éléctro moroderisé et de synth-pop colorisé aux relents nostalgiques plus que récurents. Enfin, on se plait à le croire. Même si ce disque est le cadet de nos soucis, on est bien obligé de faire avec. Si, au début, l'effet old-school et pour le moins 80's a tendance à agacer (il ne faut pas exagérer, vu tout ce qu'on s'est pris entre les oreilles ces dernières années), She Was Colored In finit par s'installer doucement, gentiment. Pour autant, et si on veut bien se donner la peine d'être attentif, Solar Bears dépasse un peu le cadre de cet électro-revival. On sent, en effet, chez eux des références qui vont du cinéma (Morricone, Delerue, influences avouées), le Velvet Underground, Death In Vegas et même on devine une pointe de King Crimson. Les choses ne sont donc pas aussi simples. La musique du duo n'est pas aussi uniforme que cela et elles prend parfois des contours plutôt étonnants.

De là à dire que She Was Colored In est une tuerie, c'est aller un peu vite en besogne. Ce disque est plein de qualités et, comme Inner Sunshine, il est plein de promesses. La qualité des morceaux, quoique parfois un peu trop répétitifs, a la capacité de vous faire vibrer pour peu que vous ayez l'âme un peu sensible. Donc, oui, She Was Colored In a bien un côté un peu fluo 80's mais sans les pénibles référents pré-pubères et se révèle bien plus adulte que ce que la première écoute laissait entrevoire. Ce disque est kitsch sans l'être vraiment, rose-bonbon sans être trop mièvre non plus. Solar Bears met juste l'accent sur des mélodies pour le moins mélancoliques mais qui ne versent pas non plus dans le larmoyant. John Kowalski et Rian Trench trouvent un juste milieu pour ne pas tomber dans les pires clichés. C'était bien le piège à éviter et, contrairement à d'autres, ils en ont eu conscience. Même si She Was Colored In est un peu inégal (quelques titres sur les quinze auraient mérité de se trouver ailleurs), il reste un départ plus qu'honnête pour les deux hommes. A confirmer.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 22-10-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/solarbears

?>