.:.Chronique.:.

Pochette

Pulsinger, Patrick

Impassive Skies

[Disko B::2010]

|01 Grey Gardens (feat. Franz Hautzinger)|02 Rise And Fall (feat. G.Rizo)|03 Future Back (feat. Fennesz)|04 Cache Wash|05 A To Z (feat. Teresa Rotschopf)|06 Thong (feat. Elektro Guzzi)|07 Blame It (feat. Abe Duque)|08 Impassive Skies (feat. Fennesz)|

On l'aime bien Patrick Pulsinger. Non pas par complaisance mais tout simplement parce qu'il n'est pas de ces bidouilleurs sans génie qui, avec un peu d'esbrouffe, parviennent à attirer l'attention sur eux. Pulsinger, lui, s'est installé dans la durée et son parcours discographique parle largement en sa faveur. Cependant avec Impassive Skies, son dernier opus, on sait trop sur quel pieds danser. On a de la peine à se dire qu'il est à son meilleur mais, clairement, on constate qu'il n'est pas non plus dans un errement sordide qui rendrait sa musique inécoutable ou, au mieux, terriblement fade. Simplement, on sent dans Impassive Skies que Patrick Pulsinger n'est pas à son meilleur ou alors par intermittance. Et ce ne sont pas les nombreux featuring (Fennesz, Abe Duque, Franz Hautzinger...) qui vont forcément changer la donne. Les huits morceaux qui composent ce disque sont donc assez inégaux et on passe de la belle sensation à l'indifférence la plus plate. Pulsinger ne nous avait pas habitué à cela et on se demande ce qui a bien pu lui passer par la tête. Le tout jeune quadragénaire est-il en train de passer un cap ? Est-il en train de rentrer dans le rang ? Sans doute pas mais Impassive Skies n'est pas loin d'être inquiétant. Si les collaborations avec Fennesz (sur Future Back et Impassive Skies) sont pour le moins réussies, on reste plus circonspects pour le reste. Que l'on soit clair, ce nouvel album, n'est pas mauvais, il n'est que correct. Pulsinger nous avait habitué à des productions électroniques d'un tout autre niveau et ici, nous ne sommes pas loin de voir en cette performance qu'un habillage sonore qui ne se démarque pas vraiment de la production actuelle. C'est dommage car on sait que Pulsinger a les moyens d'évoluer dans d'autres sphères. C'est désormais à lui de voir s'il veut se contenter, à l'avenir, du minimum syndical. Si c'est le cas, on ne risque pas de le suivre très longtemps sur ce terrain là.

note : 5.5

par Fabien, chronique publiée le 04-10-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/patrickpulsinger

?>