.:.Chronique.:.

Pochette

M.I.A.

/\/\ /\ y /\

[XL Recordings::2010]

|01 The Message|02 Steppin Up|03 XXXO|04 Teqkilla|05 Lovalot|06 Story To Be Told|07 It Takes A Muscle|08 It Iz What It Iz|09 Born Free|10 Meds And Feds|11 Tell Me Why|12 Space|

Le succès, c'est incroyable. Sur la foi de ses deux premiers albums, la jeune femme a été encensé à travers le monde, s'est vu des affinités avec, notamment, Diplo et Santi Gold, a trusté les classements de fin d'année, au point que l'on bien pu tout accepter de sa part. Si tout le monde ou presque avait crié au génie avec Arular, quelques voix discordantes s'étaient faites entendre à l'époque de Kala, mais de vraiment redhibitoire. Trois ans après son second album M.I.A. nous revient donc au son des tambours et des trompettes mais, d'entrée de jeu, ils sont nombreux ceux qui veulent en découdre et casser du bois. Et pourquoi donc ? Et pourquoi pas ? Mais quitte à s'essuyer sur la sri-lankaise autant que ce soit justifié. Autant le dire tout de suite, certaines de ces critiques ne le sont pas toujours. En fait, je ne vois pas bien ce qu'on lui reproche sur ce disque. En fait elle continue de s'accaparer le hip-hop, l'électro, le funk, la pop, le dancehall...bref ce patchwork sonore qui a fait sa réputation depuis Arular. /\/\ /\ y /\ (comprenez Maya) est la continuité de ses deux précédents disque et force est de constater que la jeune femme ne lève pas le pieds. Si on peut trouver que le disque est décousu et partant dans tous les sens, c'est qu'on a pas encore compris la démarche de M.I.A. Même si le fonds de l'album est sans doute un peu plus pop, M.I.A n'oublie pas que sa musique reste basé sur le cosmopolitisme et un engagement total. De fait, elle distribue ses morceaux comme des coups de poings, incarnés par une fierté indéfectible.

On lui reproche son engagement politique par rapport à son mode de vie, ses coups de sangs, sa collaboration avec Romain Gavras, on la montre désormais du doigt pour dénoncer une soi-disant arnaque artistique. Alors oui, elle sait s'entourer, oui elle fait passer des messages politiques, oui elle ne vit pas dans la pire des pauvretés mais qu'est-ce que cela change. Le cliché veut que pour défendre une cause, il faut obligatoirement épouser complêtement tout ce qui entoure celle-ci. Par exemple si vous vous battez pour les défavorisés, il faut que vous soyez vous même un défavorisé avec tout ce que cela implique, sinon vous ne pouvez comprendre et prétendre à vous engager dans un combat quel qu'il soi. Au delà de cette débilité intellectuelle, c'est bien un procès d'intention que l'on impose à M.I.A et le nouvel angle d'attaque est bien de la démolir artistiquement parlant. De plus il n'y a aucune complaisance à reconnaitre que /\/\ /\ y /\ est un bon disque, que le sampling du Ghost Rider de Suicide sur Born Free n'est pas aussi ridicule que cela et que la jeune femme s'en sert comme d'une arme plus efficace que jamais. Alors oui, elle reprend des rythmiques déjà existantes mais ce qui était valable pour ses précédents efforts ne l'est plus aujourd'hui ? Qu'elle puisse agacer désormais n'est, en fait, pas vraiment une surprise. On ne fait que bruler maintenant ce qu'on a adoré hier.


M.I.A - BORN FREE VIDEO OFFICIAL (real and explicit version)
envoyé par elnino. - Regardez plus de clips, en HD !

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 01-10-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/mia

?>