.:.Chronique.:.

Pochette

Ametsub

The Nothings Of The North

[Mille Plateaux::2010]

|01 Solitude|02 Lichen With Piano|03 Repeatedly|04 Snowy Lava|05 Old Obscurity|06 Peaks Far Afield|07 Time For Trees|08 Skyr|09 Faint Dazzlings|10 Mosfell (Pathless)|11 66|12 Off-Road 264|

L'Islande est un pays inspirant. Après un voyage dans cette grosse île de l'Atlantique nord, le japonais Ametsub est en revenu fortement impressionné. Suffisamment en tout cas pour former la trame de ce second album qui est apparu à Ryuichi Sakamoto comme un disque essentiel de ces derniers mois. Initialement paru pour le Japon en 2009 sur la très belle structure Progressive Form, ce n'est que cette année que The Nothings Of The North nous parvient via un Mille Plateaux renaissant. En l'écoutant on se dit que Sakamoto avait sans doute raison. Ce disque fait d'IDM, de glitch et différents clicks & cuts fait partie de ces beautés synthétiques qui allient parfaitement les mélodies tarabiscotées aux expérimentations de formes diverses. The Nothings Of The North, de fait, est de cette branche d'albums qui sont tout à fait organiques et qui ont cette fluidité naturelle que rend toutes les formes musicales abstraites à la portée de n'importe quelle oreille. Cette beauté froide et post-moderne est construite autour des échappées du japonais au piano et avec un souci du détail confondant, il met en place une exploration de ces étendues vides de population où seule la nature fait sa loi.

Ce voyage, qui n'est pas initiatique mais plutôt révélateur d'une soif de découverte et d'émerveillement, est assez révélateur de la capacité de l'IDM de se mouvoir et de changer sans cesse de visage. Même si la technique de conception n'a pas beaucoup évoluée, le potentiel de création reste pour le moins énorme. Ametsub parvient à nous donner ce sentiment de découvrir encore des contrées non explorées mais qui, contrairement à ce que l'on pourrait croire ne sont pas aussi austères que cela. Le japonais ne fait que révéler toute les diversités de ces paysages, leurs différents reliefs et toutes leurs puissances évocatrices. On les survole mais on peut en distinguer chaque recoins, chaque détails de terre, de roche ou de glace. The Nothings Of The North est tout cela en même temps. Un album qui est à la surface de toutes choses mais qui pénètre subtilement au plus profond des chairs pour faire réagir le moindre de nos senseurs. A vingt deux ans, Ametsub se distingue par sa forte sensibilité et par sa maturité. On ne fait que rester admiratif. Que faire d'autre ?

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 17-09-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/ametsub3110

?>