.:.Chronique.:.

Pochette

@C

Music For Empty Spaces

[Baskaru::2010]

|01 76.1|02 76.2|03 76.3|04 76.4|05 76.5 (listening to K.J.)|06 76.6|07 76.7|

Pedro Tudela et Miguel Carvalhais, on commence à bien les connaître ces deux là. Outre le fait d'être à la tête du label Cronica, on les connait sous le nom de @C et ont essaimé pas mal de structures pendant les dix dernières années. Pèle-mèle on peut citer naturellement Cronica mais aussi Feld, Sirr, Grain Of Sound, Ristretto... et, aujourd'hui, le label français qui prend de plus en plus d'importance dans le genre : Baskaru. Baskaru qui accueille cette musique pour espaces vides comme une chose tout à fait naturelle. Fait de field-recordings, récoltés aux quatre coins du monde pendant que le duo était en tournée, ce disque est sensé être un journal sonore qui fait appel à notre mémoire. Comme d'habitude dans ce genre d'expérience musicale, la structure sonore est complexe, abstraite, presque surnaturelle. Les sons s'imbriquent les uns aux autres, de manière quasi accidentelle et sont englobés par un fonds musical qui passe de la clarté au bruit sourd sans qu'on puisse penser qu'il puisse y avoir un lien quelconque. Music For Empty Spaces est comme une suite d'images qui, enfouis dans notre inconscient, resurgissent et défilent devant nos yeux sans logique apparente. Par conséquent il est inutile d'anticiper ce qu'il peut se passer sur chacune des plages de ce disque.

Par contre on image très bien écouter Music For Empty Spaces dans une pièce vidée de tout son mobilier. La musique viendrait se mêler silence imparfait de cette pièce qui ferait que nous renvoyer ses quatres murs comme seuls possibilité de vision. Ce serait sans doute le moyen le plus adéquat pour s'imprégner de ce disque quelque peu hermétique. En effet, des disques comme celui-ci ont besoin d'être replacé dans des contextes bien particulier, sous peine d'en avoir une idée faussée ou qui ne serait qu'une vérité parallèle. La perception d'un tel album est toujours difficile et ne sera jamais autre chose qu'une expérience toute personnelle. Ce genre de disque n'est pas fait pour parler à toute une collectivité. Chaque son, chaque association de sons sont fait pour être interprétés selon le vécu propre de chaque auditeur. Alors c'est sans doute une musique pour des espaces vides mais c'est aussi une musique pour individu seul. Il ne saurait en être autrement et @C nous fait plonger dans notre propre imaginaire comme personne d'autre.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 08-09-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/atcdotorg

?>