.:.Chronique.:.

Pochette

Lidell, Jamie

Compass

[Warp::2010]

|01 Completly Exposed|02 Your Sweet Boom|03 She Needs Me|04 I Wanna Be Your Telephone|05 Enough's Enough|06 The Ring|07 You Are Waking|08 I Can Love Again|09 It's A Kiss|10 Compass|11 Gypsy Blood|12 Coma Chameleon|13 Big Drift|14 You See My Light|

Multiply. Tout avait trouvé ce disque génialissime. Sauf moi. Je trouvais que ça sentait un peu l'arnaque et que l'apport qu'il était sensé apporté était négligeable. Mal m'en a pris. Un "confrère" s'est même cru bon de trouver lamentable qu'on ne puisse trouver ce disque incroyable. Tellement en colère qu'il est venu s'insurger autant sur Liability que sur le site où il officiait. Il y en a vraiment qui ont du temps à perdre et qui ne comprennent pas qu'on puisse avoir un avis différent. Tout le monde aimait ce disque donc je me devais de me plier à la vox populi. Et puis quoi encore ? Non, j'avais beau prendre Multiply par tous les sens j'en arrivais toujours à la même conclusion. Et je ne pouvais même pas dire que Multiply était un accident puisque Jamie Lidell persiste à creuser dans la même veine. En même temps ça marche et la soul-funk est vraiment le dada du bonhomme. Alors, pourquoi s'en priver ? Ayant fait l'impasse sur Jim, il n'était pas inutile pour moi de me pencher sur Compass pour voir si Jamie Lidell a affiné son propos. On le sait Lidell est un personnage intelligent et, en conséquence, il fait des disques intelligents. En un sens, Multiply l'était et, à l'évidence, Compass l'est tout autant.

Cependant, Lidell est quelqu'un qui, au fil du temps, prends de plus en plus d'assurance et si Multiply pouvait apparaitre comme assez scolaire et trop respectueux, Compass se montre plus fouillé, plus personnel et, sans aucun doute possible, plus abouti. Il faut dire que Lidell s'est donné les moyens pour réussir. Deux ans de travail avec Chris Taylor (Grizzly Bear), Gonzales, Beck, Wilco, Feist, Brian LeBarton, James Gadson, Dan Rotschild, Nikka Costa, Justin Stanley... Que du beau monde pour un album qui va certainement plus loin que ses prédécesseurs. A la fois soyeux et dangereusement lumineux, Compass passe par beaucoup de couleurs différentes mais ne se perd jamais en route. En effet, les morceaux sont souvent très différents les uns des autres. Vous pouvez prendre des titres comme Enough's Enough, You Are Waking ou It's A Kiss vous n'y verrez pas beaucoup de point commun si ce n'est cette veine soul funk omniprésente et, désormais, indéboulonnable chez Jamie Lidell. Même si quelques plages sont irritantes ou inutiles, Jamie Lidell prend ici une ampleur insoupçonnée car, au fil de ses disques, il finit par réinventer la soul la faisant sortir des lieux communs trop souvent rabachés. On peut ne pas aimer la soul mais un Compass vaudra cent fois mieux que n'importe quelle soupe actuelle de r'n'b' et consorts.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 07-09-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/jamielidell

?>