.:.Chronique.:.

Pochette

Zeitkratzer

[Old School]: John Cage

[Zeitkratzer Records::2010]

|01 Four6|02 Five|03 Hymnkus|

En entamant une nouvelle série, le collectif Zeitkratzer offre un hommage appuyé aux grands compositeurs de musique contemporaine. Intitulée [Old School], cette série mettra en évidence sur chaque album une de ces grandes figures. Quoi donc de plus normal de commencer par l'un des plus connu d'entre eux, à savoir John Cage ? Un John Cage qui aurait bientôt eu cent ans (2012) mais dont l'oeuvre indélébile marque encore de nombreux musiciens. Ici ce sont trois de ses compositions qui ont été reprises live dans le cadre du Huddersfield Contemporary Music Festival en 2006. Ces pièces furent crées par Cage à la fin de sa vie dont on sait qu'elle fut assez prolifique. En effet, entre 1986 et 1992 (dâte de son décès) Cage avait mis sur pieds pas moins de soixante dix compositions ce qui, au regard de toute son oeuvre, réprésente un peu plus d'un quart de tout son travail global. Une période, donc, que Reinhold Friedl n'a pas négligé et sur laquelle il met un coup de projecteur qui s'avère aussi nécessaire que les multiples interprétations du Fontana Mix ou de 4'33''. Il est inutile de détailler le squelette de chacune des pièces qui sont interprétées ici. Le livret du cd s'en charge à vrai dire très bien. Ce qui nous importe c'est cette interprétation magistrale de Zeitkratzer qui s'acquitte d'une performance digne du grand maître.

Il faut dire que John Cage a longtemps accompagné le parcours de Zeitkratzer. En 2002, déjà, le groupe s'était fendu d'une représentation de plus de cinq heures au Podewil de Berlin pour célébrer de quatre-vingt dixième anniversaire du compositeur. Autant dire que Friedl et ses camarades connaissent bien le sujet. Et cela s'entends parfaitement sur ce disque qui ne connait manifestement pas de faille. Mais, comme de bien entendu, il s'avère nécessaire d'avoir déjà été initié à l'oeuvre de Cage pour saisir toutes les nuances des pièces ici présentes. A l'évidence on ne peut écouter les oeuvres de John Cage comme on écoute un disque de pop. L'approche y est différente, l'attention qu'on lui porte également. Ici, il faut plus de concentration, une forme d'introspection pour déchiffrer le mouvement abstrait des instruments. Zeitkratzer fait en sorte de ne pas compliquer les choses mais il ne les facilite pas non plus. La formation, s'efforce d'être fidèle à l'esprit des compositions de John Cage. Et rien n'est plus difficile que cela. Entre l'abitraire, l'intentionnel et le non-intentionnel qui caractérisent la musique de Cage, Zeitkratzer s'en tire comme une formation d'expérience et qui sait s'approprier et ordonner à sa façon, et ce sans jamais rien dénaturer, les impératifs recquis pour chaque pièce. Du travail millimétré.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 29-08-2010

A voir également :

http://www.zeitkratzer.de/

?>