.:.Chronique.:.

Pochette

Marvin

Hangover The Top

[Africantape::2010]

|01 Roquedur|02 Au 12|03 Dirty Tapping|04 Reste Bien Tranquille|05 Conan Le Bästard|06 Good Radiations|07 Moustache 34|08 Fear|09 Here Come The Warm Jets|

Avec un prénom de brute épaisse (je ne peux m'empêcher de penser au personnage de la bd Donjon de Joan Sfar et de Lewis Trondheim), Marvin était sans doute prédestiné à faire une musique qui envoie du bois. Cependant, les trois Montpellierains ne sont pas des bourrins à l'état primaire. Ils sont mieux que ça. Pour qui aura écouté leur premier album sorti en 2007 sauront de quoi je veux parler. Cette fois encore, les fans de la première heure ne seront pas déçus. Trois années séparent les deux albums, trois années à user les planches du continent et d'ailleurs, trois années à penser un nouveau disque qui, nettement, fait monter Marvin un, voire deux, cran au-dessus. Hangover The Top (savoureux jeu de mots et clin d'oeil à la série B body buildée Over The Top) est une galette de math-rock à la tendance heavy qui, contrairement à beaucoup d'album oeuvrant dans ce style, se montre assez imprévisibles et bourré d'influences étonnantes. Si on compte quelques private jokes comme sur Conan The Bästard (référence, si l'on en croit le numéro 15 de Noise, au générique du film de John Milius qui était repris par The Bästard-Zëro à la fin de leur concert) la vraie innovation chez Marvin réside tout de même dans ce qu'il font de leurs instruments. Au bout de ces neufs morceaux, Marvin nous tient en haleine et n'hésite pas à envoyer la gomme.

De fait, Marvin n'est plus vraiment un groupe de math-rock. En tout cas dans le sens classique du terme. Chez eux, le hard, le noise, le krautrock, leur penchant pour le vocoder et les espaces électroniques décloisonnent complètement le genre et les place là où on ne les attends pas forcément. Marvin pose des bâtons de dynamite un peu partout et comme dirait John Mallory alias James Coburn dans Il Etait Une Fois La Révolution, c'est de la "mèche courte". C'est ce qui fait que ça vous éclate quasiment instantanément à la figure et que vous avez de la peine à vous en relever. Au-delà de la puissance dégagée par le groupe on le voit d'une rare intelligence et d'une culture qui se veut des plus large faisant rencontrer le populo, voire le beauf, avec le cérébral. Le tout à la sauce Marvin prend une toute autre valeur et on en reste sur notre séant. L'album s'achève par une reprise sonique de Here Come The Warm Jets de Brian Eno qui aurait du apaiser tout le monde si elle avait été faite de manière classique. Manifestement, Marvin n'est pas fait pour faire les choses simplement et de la même manière que les autres. Marvin c'est un peu un groupe populaire avec des méthodes de terroristes. Et c'est terriblement bon.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 27-05-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/marvinband

?>