.:.Chronique.:.

Pochette

Steer, Serafina

Change Is Good, Change Is Good

[Static Caravan::2010]

|01 Shut Up Shop|02 Day Glo|03 Gsoh|04 The Valley|05 Motion Pictures|06 Drinking While Driving|07 How To Haunt A House Party|08 Margoton|09 Port Isaac|10 The Sisters Of Proportion|11 Half Robot|12 Ulular|

Innévitablement on va la comparer à Joanna Newsom. Fallait pas faire de harpe ma pauv' dame. Le créneau est déjà prit et bien prit si l'on en croit l'engouement qui entoure l'américaine. Serafina Steer, elle, est anglaise et son univers sonore a de cela de commun avec celui de Newsom que la harpe, instrument que les deux jeunes femmes partagent. Le parallèle va s'arrêter là. Car Serafina Steer a tout de même un timbre vocal qui est très éloignée de celui de Joanna Newsom, irritant au possible. De plus, Steer est souvent plus proche musicalement d'une Laurie Anderson dans cette façon de raconter des histoires d'une manière minimaliste, sans trop d'effet, une sobriété et un flegme tout britannique. Par contre si Laurie Anderson avait un côté plus froid voire mécanique, Serafina Steer est plus souple, plus fluide et s'oriente vers une musique proche de l'onirique. En somme, ce sont des comptines pour adultes que nous délivre l'anglaise, des lais modernes chuchotés à l'oreille, comme une confidence. Change Is Good... est un disque sensible qui fait plus que retenir l'attention. Par sa beauté pure et simple, on prend une bouffée d'air frais, on s'enlève toute forme de crispation.

De plus Serafina Steer ne base pas seulement sa musique autour de sa harpe. Sa palette et ses capacités sonores sont un peu plus larges. Acoustique, électronique, électrique, Change Is Good... se veut hybride, comme une exploration rêveuse qui, sur le ton de l'intimité, se garde d'aller trop loin dans le songe pour avoir cette possibilité de s'accrocher à la réalité. Pourtant cette possibilité est bien fragile et nous ne sommes pas loin de tomber de l'autre côté de la barrière. On n'aurait rien contre car cet à côté, qui flirte parfois avec la pop, à l'air bien agréable. En toute simplicité Serafina Steer s'impose à nous, sans crier gard. Pourtant on sait que tout n'est pas parfait, qu'il y a des chansons un peu en dessous des autres mais l'atmosphère de brume matinale où le temps semble suspendu remporte finalement la mise. A ce rythme là, Serafina Steer pourrait bien détrôner Joanna Newsom. Je devrais arrêter avec cette dernière. Finalement, on se rend comte que les deux femmes n'ont pas grand chose en commun si ce n'est un instrument.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 21-05-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/drumstreetsefa

?>