.:.Chronique.:.

Pochette

Minnaars

Of Our Delirious Former Loving Hours

[Hip Hip Hip::2009]

|01 An Open Letter To Andrew|02 To Jackals|03 Essay Essay Essay|04 Spelt With A K Not A C|05 Busy Hands|06 Your Heart My Embrassy|07 Ellen MacArthur|08 Are Lovers|

Bloc PartyMinnaars. Minnaars – Bloc Party. On ne sait que choisir. Il faut dire que les points communs entre les deux groupes sont nombreux On ne va pas faire ici l'éventail de ces points communs sous peine de faire ressembler cette chronique à un catalogue technique qui n'intéresserait que les spécialistes. Ce qui est à retenir est certainement ailleurs. Ce combo de Leicester n'aura pas eu fort à faire pour construire ce premier opus. L'effort avait été fait en amont. En effet, Of Our Delirious... est la réunion des trois premiers opus du groupe, ni plus, ni moins. On pourra trouver le procédé pas très glorieux mais comme les eps n'étaient pas disponibles partout on gardera à leur égard une certaine indulgence. Celle-ci est d'ailleurs conforté par le fait que cet album est d'une très bonne tenue. Sautillants, les huit morceaux de ce disque ne donnent pas dans la demi mesure. Autant de titres que de hits potentiels. On ne peut guère faire mieux. Dans cette approche à la Bloc Party, sorte de post-punk-funk, Minnaars fait quelques miracles, tapant quasiment à chaque fois dans le mille et carressant l'idée d'un math-rock à la Foals qui s'intègre ici assez bien.

Minnaars n'est peut-être pas encore un espoir mais, dans l'absolu, le groupe est dans une dynamique qui pourraient le mener sur le même chemin que Kele Okereke et ses camarades. A moins que Of Our Delirious... ne soit qu'une sorte d'état de grâce qui ne saurait durer très longtemps. On ne leur souhaite évidemment pas mais il est assez difficile de se projeter vers l'avenir et de prendre quelque paris sur un éventuel succès des britanniques dans les charts. Pour le moment, Minnaars affute ses lâmes et, force est de constater que celles-ci sont déjà plus que tranchantes. L'envie est là, la rage de réussir également. Mais, plus que tout, c'est l'insolente réussite dont fait preuve le quintet. C'est presque louche. Cependant, ce disque se déguste comme une friandise énergisante. On se fout royalement si derrière tout cela il peut y avoir une énorme escroquerie. Encore faudrait-il la prouver. Tout ce qu'on peut démontrer ce sont ces influences très nettes qui ressortent de la musique du groupe. Eux mêmes ont du se douter que cela ne passerait pas inaperçu. Nous allons donc fermer les yeux, dans l'intérêt de tout le monde.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 15-05-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/minnaars

?>