.:.Chronique.:.

Pochette

Aubry, Gilles

s6t8r

[Wind Measure Recordings::2010]

|01 Part 1|02 Part 2|03 Part 3|

Le suisse Gilles Aubry est inlassablement attiré par les ensembles urbains et de tout ce qui les entoure. Nous l'avons constaté sur Berlin Backyards dans lequel il avait restranscrit la vie urbaine quotidienne des berlinois au moyen de ses field recordings. Autre endroit mais mêmes outils, s6t8r est le résultats des résonances récoltés dans différentes pièces de l'immeuble Straulau 68 à côté duquel les passages périodiques des trains ont eu une importance cruciale. Ici, c'est bien l'acoustique de ces pièces vides (l'immeuble étant désaffecté) qui est le point central des recherches sonores de Gilles Aubry. Utilisant donc du field recordings (le passage massif et sourd des trains et les différents bruits collatéraux constatés dans cet environnement) et des éléments électroniques minimaux mais lancinants et étirés, Gilles Aubry a construit trois pièces dont l'intensité est saisissante. Massif et résolument industriel, s6t8r fait ressortir un ensemble sonore qui rappelle à quel point chaque endroit peut avoir un intérêt acoustique si l'on arrive à en tirer tout le potentiel. Ce potentiel, Gilles Aubry l'a exploité pleinement et en a tiré une oeuvre sombre, grisâtre, dépourvue de chaleur et ne tenant compte que ce que le Straulau 68 lui proposait.

Comme pour Berlin Backyards, s6t8r n'est pas un disque facile d'accès. Son côté claustrophobique, clinique et souterrain n'aide certainement pas. Cependant, son approche, ici, est des plus intéressante. Les créations de Gilles Aubry sont comme une représentation d'une vérité environnementale. Il repère les lieux, écoute, écoute encore, mesurant toutes les possibilités de l'endroit tout en cherchant à recréer son ambiance sonore et acoustique. La chose n'est pas toujours aisée et tout dépend de la perception de chacun. Ce que nous entendons n'est pas forcément ce que les machines enregistrent. Et cela, Gilles Aubry l'a parfaitement compris. Les machines sont neutres et donc plus à mêmes de percevoir le réel. Et les pièces de Gilles Aubry ne sont rien d'autres qu'une représentation du réel. S6t8r, limité à 300 exemplaires dans sa forme physique, est quasiment un cas d'école. Ce disque fascine, subjugue dès les premiers instants vous laissant dans un état proche de la paranoïa. Cela tombe bien, nous vivons dans un monde où les paranoïaques sont rois.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 25-04-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/gilaubry

?>