.:.Chronique.:.

Pochette

Delplanque, Mathias

Parcelles 1-10

[Bruit Clair::2010]

|01 Parcelle 1|02 Parcelle 2|03 Parcelle 3|04 Parcelle 4|05 Parcelle 5|06 Parcelle 6|07 Parcelle 7|08 Parcelle 8|09 Parcelle 9|10 Parcelle 10|

Nous avions déjà rencontré Mathias Delplanque il y a de cela quelques temps alors qu'il officiait sous le nom de Lena pour l'album The Uncertain Trail. C'était, du moins, l'une de ses nombreuses facettes. En effet, on le connait également sous les noms de Bidlo ou Stensil et fait aussi parti, quand il ne les pas lui même initié, des formations comme The Floating Roots Orchestra, The Missing Ensemble, AAA Men... Bien évidemment, avec des personnages comme celui-ci, on ne compte plus vraiment les collaborations avec des musiciens de renoms. Pour autant, avec Mathias Delplanque, cette multiplicité de projets ne l'empêche aucunement d'avoir les idées claires. Septième album sous son nom de naissance, Parcelles 1-10 démontre que le néo-nantais est un créateur raisonné mais aussi passionné. Premier volume d'une trilogie annoncée, Parcelles 1-10 a été enregistré live autour de traitements électroniques sur lesquels a ajouté de manière instantanée toute une diversité d'instruments. Ces Parcelles sont, évidemment, des moments d'expérimentations où se mèlent de l'ambient, de la musique concrète et, de façon plus insolite, du folk. Nous sommes donc assez loin des espaces dub de Lena.

Parcelles 1-10 est quasiment conçu comme un album improvisé. En effet, les textures développées par Mathias Delplanque agissent de manière plus ou moins aléatoire, ne donnent aucun signes de régularité ou de stabilité. Avec lui nous avançons vers l'inconnu, des territoires qui semblent inexplorés et desertés de presque toute vie organique. Comme on peut s'en douter les espaces délimités par Mathias Delplanque sont tout en relief et ne relèvent pas de contructions tout à fait linéaires. Delplanque préfère de loin l'accident sonore, l'impromptu, l'inattendu. Ici, les sons, tout en retenu, se déplacent de manière sinueuse et s'entremèlent sans qu'il y ait le moindre conflit. Une symbiose s'opère mais le resultat n'est pas une incarnation de la perfection. Ce n'est même pas cela qui est recherché par Mathias Delplanque. Du moins, on se l'imagine. Parcelles 1-10 reste un espace libre de toute contrainte, une représentation géologique de la musique dans sa diversité des formes. Présenté comme une "parenthèse" se situant entre le quatorzième et le quinzième morceau du disque Le Pavillon Témoin (Low Impedance – 2007) les Parcelles de Mathias Delplanque (dont le deuxième volume est déjà à pieds d'oeuvre) oeuvrent pour une beauté abstraite qui fascine et qui vous fait porter votre regard au-delà des apparences.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 22-04-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/mathiasdelplanque

?>