.:.Chronique.:.

Pochette

Paperweight

Snails Of April

[Paperheart Music::2009]

|01 Snails Of April|02 Amy Knows|03 Oh, My Owa|04 Naked In The Snow|05 Alone|06 Here By The Water|07 You And I|08 Failure|09 Summer Ends|10 Poppy Field|11 Scared|12 A House, Not A Home|

Paperweight est, nous dit-on influencé par l'indie-pop, le shoegaze et le post-rock. Pourquoi pas mais ce premier album fait majoritairement (et de loin) ressortir leur côté indie-pop, dans une veine assez estudiantine qui n'a pas oublié que la pop est surtout une histoire de raffinement. Construit sur les cendres d'Alisse, Paperweight soigne sa présentation. Après un premier ep (The All Star Ep), le trio belge a mis un peu de temps avant de réaliser Snails Of April, prévilégiant un rodage scénique qui ne leur a fait que du bien. Et cela se sent parfaitement sur cet album bien que ne s'affranchissant pas d'une musique un peu trop scolaire. Ceci étant Snails Of April reste d'une fraicheur indéniable et Paperweight, malgré son académisme, s'en sort avec un peu plus que les honneurs. Cela sera t'il suffisant pour se démarquer ? Honnêtement, je ne le pense pas mais Snails Of April permet au moins de mettre un peu de lumière sur un groupe qui a encore une grosse marge de progression. Tant qu'ils resteront dans cette sorte de normalité pop, même si les morceaux sont fort bien écrits, on pourra parier, sans trop se tromper, que Paperweight restera dans le rang pour n'intéresser que des esthètes de la mélodie bien faite.

C'est un peu cruel comme jugement mais des groupes Paperweight ce n'est pas aussi rare que cela. Cela est d'autant plus gênant que Snails Of April accumule un capital sympathie non négligeable au fur et à mesure qu'on l'écoute. Sans être des foudres de guerre, ils savent mettre les formes nécessaires afin de caresser dans le bon sens notre appareil auditif. Rien que cela devrait suffire pour passer un bon moment. C'est le cas en même temps mais l'exigence qui est la nôtre nous pousse à vouloir quelque chose d'un peu plus novateur. Cependant, dans le cas de Paperweight, on peut se dire que ce premier album, tout à fait humble, est un moindre mal et qu'il se suffit à lui même. Sur les douze morceaux qui le compose, on ne peut pas dire que les belges se mettent dans une situation inconfortable. Bien au contraire, le groupe parvient à réaliser une sorte de sans faute qui prouve bien leur capacité à maîtriser leur sujet jusqu'au bout.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 05-04-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/mypaperweight

?>