.:.Chronique.:.

Pochette

(<Ö>)

Okul

[Twin Daisies Records::2010]

|01 Okul|02 Under The Light Of A Black Temple|03 Burst Sand|04 Hostile Blue|05 Sad & Empty|06 The Bridge|07 At The End Of The Path|

L'ombre de Deadman planerait-il sur Okul ? On ne saurait que trop rappeler que la B.O du film de Jim Jarmusch réalisée par Neil Young a eu une influence majeure sur beaucoup de musiciens qui se sont essayés à l'introspection par guitare électrique interposée. (<Ö>), dont on ne sait trop qui se cache derrière, évoque les eaux stagnantes et brumeuses déjà explorées par Young. Okul ne serait-il qu'une redite ? Ce serait trop simple et faire preuve d'un manque de respect pour ce disque qui produit son effet. Bien évidemment Okul n'est pas un qu'un simple calque de Deadman. Si il y a beaucoup de similitudes, il est préférable de voir dans ce disque une sorte de prolongement qui poursuit cette quête initiatique à travers des contrées fantomatiques et désertiques. Les sept titres de ce premier disque offre le sentiment d'une belle maîtrise. L'impression que nous procure Okul est telle qu'on s'imagine fort bien être dans cette nature dont on ne sait si elle est vraiment hostile mais qui parait aussi inquiétante qu'elle s'étend à perte de vue. Okul est une expérience qui ne peut se vivre qu'en solitaire. Il faut écouter ce disque les yeux fermés et se transposer dans un décor inconnu, hors de toute urbanisation et dans lequel vous vous retrouvez seul avec vous même. C'est l'heure des questionnements avec cette touche de mysticisme (qui n'a rien à voir avec le folklore de bas étage) qui vous fait basculer entre la vie et la mort sans se soucier des conséquences. Okul est tout à fait le genre de disque pour lequel on a ce sentiment, après son écoute, de revenir de loin, de très loin.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 29-03-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/oga-music

?>