.:.Chronique.:.

Pochette

Lokka

Gold & Wax

[Joint Venture Records::2010]

|01 Gold & Wax|02 Effaceur Tête|03 E.N. Dubaï|04 Stereotypical Undercover |05 Joint Venture|06 Douglas Firs|07 Je-Dieu|08 7/24|09 Civilized/Better Life|10 Véritablement Automatique|11 Corrigan Vs Boring|

Charles-Eric Charlier aka Oldman est toujours dans les bons coups. Musicien accompli, il a depuis de longues années prouvé qu'il avait le flair pour mettre en lumière toute forme de musique hors format. Il le prouve une fois de plus en produisant le premier album de Lokka. Lokka, quatuor nanto-angevin, n'est pas toujours facile à cerner. Post-rock ? Avant-rock ? Post-noise ? Peut-être tout à la fois. Et si Oldman et Lokka se sont mis à travailler ensemble ce n'est sans doute pas par hasard. Album en clair-obscur, Gold & Wax est aussi longiligne qu'exposé à un spleen remué par des sautes d'humeurs électriques. Gold & Wax n'a pas qu'un seul visage. En fait, il en possède autant qu'il est composé de morceaux. Et pourtant, malgré cela, on lui trouve une cohérence parfaitement logique. En cela, Lokka et Oldman ne pouvaient que s'entendre. Ce dernier a toujours aimé brouiller les cartes tout en faisant passer une forte émotion lié à une complexité sonore et structurelle parfois déroutante mais qui parvenait à se fondre dans un tout, comme une sorte de narration musicale articulée autour d'un mortier solide et pénétrant. On retrouve un peu tout cela chez Lokka.

Ceci étant, Lokka ne fait pas du Oldman. Et on en est loin d'ailleurs. Lokka joue avec ses propres moyens et sa propre vision de la musique. Celle-ci est libre, inventive, loin d'être sommaire et riche d'une ouverture d'esprit qui s'écarte de tout académisme pontifiant. Pourtant cela n'avait rien d'évident quand je les avais vu en première partie de Tortoise à Nantes. Jouant en première partie, leur set était tout à fait honorable et je découvrais là un groupe avec un réel potentiel, mais leur performance a été éclipsé par un Tortoise des grands jours, laissant un goût d'inachevé pour les locaux. Gold & Wax remet donc les pendules à l'heure. Il met en évidence un groupe qui construit, qui élabore, qui cisèle les sons pour les rendre non pas confortables mais aussi iconoclastes que possible. De fait, Gold & Wax est un album aussi prometteur qu'abouti. Lokka a les capacités pour pousser encore plus leur logique musicale hétéroclite et curieuse. Cela promet des lendemains plus qu'attrayants.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 10-03-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/lokka

?>