.:.Chronique.:.

Pochette

Reverse Engineering

Highly Complex Machinery

[Jarring Effects::2010]

|01 Highly Complex Machinery|02 Miracle That Glows|03 Instant Art|04 Romeo Echo|05 World In Reverse|06 Socially Acceptable|07 Fly|08 Six Clicks|09 Defiance|10 Harmosaurus|11 New Values|12 Future Schock|

Après avoir largement fait ses armes sur scène auprès de nombreux artistes qui ont fait les beaux jours de labels comme Ninja Tune, Warp ou Mo Wax et après avoir sorti un ep vinyl en édition limitée (DTTR) ainsi qu'un album publié il y a de cela quatre ans (Duck & Cover), il était bien temps pour Reverse Engineering de nous donner de leurs nouvelles. Initialement trio, Reverse Engineering est renforcé au niveau des voix par Jasmine et Blu Rum 13 (que l'on a déjà entendu aux côtés de DJ Vadim, Kid Koala, Amon Tobin ou Luke Vibert). Duck & Cover nous avait déjà montré un abstract hip-hop de belle facture mais qui demandait une confirmation. Ce nouvel album est sans doute la meilleure réponse que le groupe pouvait apporter. Disque ambitieux, Highly Complex Machinery se garde bien de ne pas être une pâle copie des grands frères américains. Sombre, dense, urbain, techniquement impeccable, ce disque de Reverse Engineering combine pas mal de bons points qui le rende bien plus attachant qu'on aurait pu le croire au début.

Parce que oui, la partie n'était pas gagnée d'avance. En effet, comment se dire que ces petits suisses aient les moyens de se hisser au niveau des tous meilleurs sans qu'on ait un soupçon de malfaçon, de traffic d'influence, de vices cachés. Pourtant on a bien tort de chercher la petite bête car, visiblement, les trois gaillards sont tombés dedans depuis leur plus jeune âge (et même si ce n'est pas vrai, on s'en fout, c'est un peu l'impression que ça donne). Tout cela donne un album avec un ressenti et une approche qui flirte autant avec un sérieux presque cérémoniel ainsi qu'une volonté de dépasser les lieux communs du genre. Une tâche qui est difficile et certainement pas à la portée du premier quidam venu. Et justement, Reverse Engineering, ce ne sont pas des types qui viennent tout juste de découvrir le sampling et la musique électronique. On sent que le groupe est affuté, qu'il ne laisse rien au hasard et que sa force de frappe est chirurgicale. En résumé, c'est du béton armé.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 04-03-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/lereproducteur

?>