.:.Chronique.:.

Pochette

I Might Be Wrong

Circle The Yes

[Sinnbus Records::2009]

|01 Woodpecker|02 A Penny For YourThoughts|03 A Propos|04 Jalopy|05 Pick A Panel|06 Chekov|07 Salomon|08 Novel Rave|09 It Takes Two To Tango|10 Elliott|

Quand des allemands font de l'indie-pop vous pouvez être certains d'y entendre un peu d'électronique. Depuis des groupes comme The Notwist c'est sans doute inévitable. Chez I Might Be Wrong la chose n'est pas systématique mais elle est bien présente. On se remémore l'éclosion du groupe de Markus Acher, de labels comme Morr Music, Karaoke Kalk ou Monika Entreprise, une approche indie pop qu'on aurait jamais cru possible chez les teutons. I Might Be Wrong fait partie de cette vague. Du moins ils la perpétuent. Par contre il n'y a pas vraiment besoin d'être un génie pour comprendre qu'ils ne font que ça. Dans le fonds et la forme on retrouve beaucoup de stéréotypes de l'électro-pop à l'allemande (on pense souvent à Barbara Morgenstern) et anglo-saxonne. Circle The Yes n'en est pas moins intéressant pour autant. C'est juste un album assez classique, composé de belles chansons bien exécutées. Doit-on s'en émouvoir plus ? Bien sur que non. I Might Be Wrong poursuit son petit bonhomme de chemin sans vouloir être un trouble fête mais en jouant crânement sa chance. Ce groupe ne vise peut-être pas les premiers rôles mais il a le mérite de faire les choses aussi bien que possible.

Là-dessus, on peut leur faire confiance. Circle The Yes tient de bout en bout sans jamais fléchir. Les morceaux se succèdent avec cette régularité presque scientifique tout à fait germanique. C'est clair, net et précis, sans rien qui dépasse. I Might Be Wrong fait une pop bien ordonnée, avec cette dose nécessaire de sentimentalité qu'on a souvent retrouvé dans les albums du même registre qui ont pré-existé. Pourtant ce n'est pas une surprise. On sait que le genre tourne en rond depuis quelques temps et que de groupes comme celui-ci ne pourront pas changer la donne. Mais il y a cette constante assez incroyable. On assiste, incrédule, au renouvellement des formations, souvent aussi bonnes les unes que les autres, comme si il existait outre-Rhin une recette miracle ou une hérédité qui font de ces groupes des métronomes de la pop. On pourra donc passer un bon moment avec I Might Be Wrong sans éprouver le moindre ennui. Les choses ne changent pas chez nos voisins mais, au moins, elles ne se dégradent pas.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 24-02-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/youmightbewrong

?>