.:.Chronique.:.

Pochette

Kirby, Leyland

Sadly The Future Is No Longer What It Was

[History Always Favours The Winner::2009]

Derrière la très bruyante et prolofique incarnation V/Vm se cache Leyland Kirby, anglais exilé à Berlin. Impliqué dans bien d'autres projets artistiques il trouve tout de même le temps de produire des disque sous son propre nom. Et on se demande comment il fait. Il ne doit pas dormir beaucoup. Pour preuve ce titanesque Sadly The Future Is No Longer What It Was, triple album (ou trilogie comme on veut) proposé sous différents formats (coffret, cds, vynils...) sur presque quatre heures de musique qui délaisse la noise et le "meilleur du pire du pire du meilleur" de V/Vm pour se diriger vers un univers plus brumeux, mystérieux et souterrain. Proche d'une dark-ambient ou plutôt une cold-ambient, Leyland Kirby nous plonge dans une sphère post-apocalyptique où l'on pense inévitablement au no man's land allemand de l'après guerre. Allemagne année Zéro, comme nous l'a montré Roberto Rossellini. Un monde en ruine pour un pays qui a subi et qui a fait subir l'inimaginable. En tout cas c'est le sentiment que l'on a en parcourant Sadly... Pourtant, Kirby ne se réfère pas à la seconde guerre mondiale. Pour lui, ce triple-album est le reflet d'un "monde en déclin", un monde qui a proné l'individualisme et qui en a laissé beaucoup sur le carreau, "perdu et isolé". Principalement conçu autour de nappes, de séquences électroniques et d'un piano mélancolique, Sadly... n'est pas porteur d'un optimisme débordant.

Alors oui, Sadly... est un disque profondément sombre, ce qui n'empêche pas sa beauté. Sur ces longs morceaux glaciaux sont comme des errances dans un monde sans vie, sans perspective d'avenir. Le ciel est gris, les rues sont désertes. Leyland Kirby est seul, désespérement seul avec lui même et ses machines. Le caractère nostalgique et intimiste de sa musique va très bien avec son état d'esprit qu'on parvient sans peine à partager avec lui. Sadly... tend alors vers le sublime mais cela n'avait rien d'évident au premier abord. En effet, on comprend assez vite que le contenu de Sadly... va être sur le même registre et que s'avaler pas loin de quatre heures d'ambiances froides et desertiques cela pouvait relever de l'expérience éprouvante. Fort heureusement l'oeuvre de Leyland Kirby est assez loin d'être monolithique. En tout état de cause Sadly... est un album qui offre beaucoup plus qu'une désolation sonore. Kirby nous emmène un peu plus loins, sur des territoires en reliefs et nous permets de nous interroger sur ce que nous sommes. Sadly... a beau être un disque conceptuel il n'en reste pas moins une réussite globale et ce, tout points de vues.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 14-02-2010

A voir également :

http://www.myspace.com/selectedmemories

?>