.:.Chronique.:.

Pochette

Jaumet, Etienne

Night Music

[Versatile::2009]

|01 For Falling Asleep|02 Mental Vortex|03 Entropy|04 Through The Strata|05 At The Crack Of Dawn|

Physique un peu ingrat, grosses lunettes, pull-over, vu comment il se présente sur la pochette de Night Music, Etienne Jaumet n’a, à priori, rien pour plaire ou susciter un intérêt quelconque. Pourtant Etienne Jaumet n’est pas n’importe qui. Si on l’a récemment vu jouer avec Turzi (cf. l’interview que ce dernier nous a accordé), il fut également l’un des membres des essentiels The Married Monk et, plus récemment, il a été remarqué pour son action au sein de Zombie Zombie dont l’album A Land For Renegades aura été l’un des points forts de l’année dernière. A n’en pas douter, Night Music sera lui aussi un disque que tout le monde ou presque retiendra comme l’une des meilleures performances de 2009. Et pourtant rien n’était gagné d’avance. Un nom passe partout, une pochette à la limite de l’atroce, des morceaux à rallonge… Cependant, tout cela restent de faux problèmes car Night Music, dans l’absolu, se révèle assez passionnant. Le contenu ? Une musique spatiale, électronique, accompagnée par moments de saxophone, de cordes (celles de la harpiste Emmanuelle Parrenin) qui rappelle les hallucinés allemands des années 70 comme Klaus Schulze, Conrad Schnitzler ou Manuel Göttsching, la grandiloquence d’un Vangelis période Blade Runner et, de manière plus concrète, une vague française qui peut être représenté par des types comme Richard Pinhas ou Spacecraft.

Au delà de l’évocation évidente que Night Music suscite, Etienne Jaumet agit ici comme un esthète rappelant à la face du monde quel fut l’importance de la vague planante sur la musique électronique moderne. Et ce n’est pas Carl Craig qui nous dira le contraire puisque celui-ci, complètement séduit par le travail original du français a accepté d’arrondir encore plus les angles en produisant et en mixant l’album. Leur action combinée est tout bonnement l’une des meilleures choses qui nous soit parvenu en cette fin d’année. Hypnotique, saisissant, progressif mais jamais rébarbatif et émotionnellement fort, Night Music est le type de disque qui, avec ceux de Turzi, ont le mieux compris l’esprit et la forme du genre planant. Night Music est sans doute un disque de passionné mais il est construit avec une telle intelligence que la transe qu’il provoque ne peut pas être le fruit du hasard. Même si ce n’est pas un disque fondateur, on ne pourra que s’incliner et voir en Etienne Jaumet comme l’un des hommes en forme du moment. De toute façon qui peut dire le contraire ?

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 30-11-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/etiennejaumet

?>