.:.Chronique.:.

Pochette

Budam

Stories Of Devils, Angels, Lovers And Murderers

[Volvox Music::2009]

|01 Snake Charmer|02 Da Da Da Die|03 Clap Hands|04 Balthazar And The Angel|05 The Yoni|06 Do That Thing|07 The Funeral|08 Da Da Dey Da Dey|09 Gabriel's Song|

Budam vient de nulle part. Enfin si, il vient des îles Féroé ce qui, pour l’individu lambda, revient au même. Pour ceux qui s’attendaient à une musique aux intonations exotiques, il faudra repasser. Budam raconte des histoires de démons, d’anges, d’amoureux transis et de meurtriers à la manière d’un Nick Cave, d’un Tom Waits, d’un Paolo Conte ou d’un groupe complètement oublié The Shoulders. On se croirait dans ce genre de bars enfumés du XIXème siècle où des êtres ravagés par l’alcool vous raconte des histoires improbables et rocambolesques. On y croit ou pas, peu importe. Ce qui l’est, c’est de se laisser porter par cette ambiance particulière qui, aujourd’hui, n’existe plus dans le monde moderne. On pourra, bien sur, trouver l’univers de Budam des plus original mais, dans le fonds, il ne fait que reprendre pas mal de poncifs qui ont fait la particularité des Nick Cave et consorts. Une voix limite rocailleuse, beaucoup de théâtralité, du pathos à revendre, un refus obstiné de tout ce qui pourrait ressembler à des instruments mu par l’électricité et vous aurez une idée globale de ce qu’offre Budam.

Si on fait preuve un peu d’amnésie il se peut qu’on puisse trouver l’univers de Budam des plus original. Dans le cas contraire, et il faut être honnête, ce Stories Of Devils… est bien tourné, rempli de passion une force d’écriture qui est largement à la hauteur de ce que d’autres ont fait avant lui dans ce même registre. De plus, le bonhomme, même s’il donne un fonds commun à chacune de ses chansons, ne reste pas toujours sur le même pieds. En effet, Budam passe d’un genre à l’autre tout en restant cohérent. Que ce soit folk, jazz, cabaret ou autre, il est comme un poisson dans l’eau et ça rattrape largement cette impression qu’il ne fait que reprendre les idées des autres. Ne faisons pas la fine bouche puisque, finalement, Stories Of Devils… est un bon album créé par un Budam dont le talent ne fait aucun doute. Un disque éthylique à mettre entre Murder Ballads et The Fun Never Stops.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 25-11-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/budam

?>