.:.Chronique.:.

Pochette

Solveigh, Lionel

Home

[Humpty Dumpty::2009]

|01 No Man's Land|02 Of A Girl|03 Young & Wise|04 Anymore|05 Off The Shade|06 I Have Landed|07 John Wayne Shot Me|08 Home Again|09 Comfort|10 Small Lands|

Ces derniers mois, du folk, on en aura bouffé à toutes les sauces. Du bon, du moins bon. De l’atroce, de l’opportuniste ou du proprement magnifique, on sera passé par tous les états. Alors, quand Lionel Solveigh a pris sa guitare pour enregistrer son premier album, que croyait-il pouvoir apporter de plus ? Sans doute rien et ce n’est probablement pas là sa motivation première. Cet amoureux de Kings Of Convenience et de Damien Rice a eu, avant tout, cette volonté de soigner ses compositions, de marcher sur la trace de ses modèles et de nous offrir un disque aussi beau que possible. Peu importe, finalement, si la forme est des plus classiques et sans trop de surprises. Home, respire la familiarité, la convivialité et le bonheur simple. Les chansons de Home sont limpides et leurs clartés ont une portée telle qu’elles ne peuvent que toucher la corde sensible de ceux qui ont un amour immodéré pour les mélodies bien faites et maîtrisées. De fait, Home est un cas d’école, le genre de disque fait par un type qui connaît parfaitement son sujet et qui nous le rend bien. Lionel Solveigh nous transmet son savoir et celui-ci semble bien constitué. Nous sommes donc bien loin des disques qui tirent la couverture à soi et de ces artistes qui ont senti s’ouvrir le tiroir caisse en se remettant du jour au lendemain à l’acoustique. C’est comme si Lionel Solveigh était tombé dedans depuis son plus jeune âge. Tout semble naturel ici.

Alors oui, Home, foncièrement, n’est pas le disque le plus original qui soit mais son honnêteté, sa chaleur et sa simplicité lui permette de bien figurer dans cette famille de gens de bon goût qui ont su redonner au folk ses lettres de noblesse. Au départ, cela n’avait rien d’évident et le genre traînait une sale réputation de ringardise qu’on n’aurait souhaité à personne. Lionel Solveigh peut donc dire merci à bon nombre de ces prédécesseurs car sans eux, Home n’aurait peut-être jamais vu le jour. Globalement et dans l’absolu on ne peut pas regretter qu’un disque comme Home puisse exister. C’est juste une œuvre solaire et inspiré, de celles qui vous font passer d’agréables journées, même en plein hiver. Rien que pour cela, Lionel Solveigh pourra continuer à œuvrer sur le même registre, on sera toujours là pour applaudir.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 24-11-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/lionelsolveigh

http://www.lionelsolveigh.be/

?>