.:.Chronique.:.

Pochette

Scratch Perverts

Beatdown

[Fabric::2009]

Pour définir Scratch Pervets, Plus One, l’un des trios membres du combo avec Tony Vegas et Prime Cuts, pouvait considérer le groupe comme un DJ crew mais que, si on y regardait de plus prêt, c’est plus une réunion d’un collectif qui a la même vision de la musique et qui fonctionne en symbiose complète. Nous sommes tout disposé à le croire. Tous issus de la scène hip-hop, les trois gaillards ont écumés les concours et les prix à caractères internationaux. Les Scratch Perverts ont beau venir du monde du hip-hop, leur approche culturelle de la musique reste vaste et développée. Il n’existe pas de barrières pour eux et tout peut se valoir à condition d’être utilisé à bon escient. Beatdown est le reflet de cet état d’esprit. Un mix multi-formes qui va piocher, certes, dans les musiques modernes mais qui offre une variété sonore qui donne le tournis tant il existe ici une variété de genres. Un parti pris qui peut être à double tranchant car on peut très bien considérer que trop c’est trop. Beatdown dure tout de même plus d’une heure (ce qui, en soit, n’est pas rare pour un mix) et l’avalanche de titres distribués par les Scratch Perverts (trente sept tout de même) peut provoquer une overdose involontaire.

Pourtant, Beatdown est disque très bien pensé et qui évite soigneusement les facilités d’usage. En effet, les Scratch Perverts prennent des risques en choisissant de n’inclure aucun artiste phare ou trop connu du grand public. Vous me direz que ce ne sont pas les seuls à en prendre et vous n’auriez pas vraiment tord. Cependant les efforts développés par les trois hommes sont plus que louables et Beatdown que la culture du mix est souvent faite d’intelligence provoqué par une curiosité de tous les instants. Ainsi, Beatdown peut très bien rencontrer des sonorités dub, drum’n’bass, big beat ou purement hip-hop sans qu’on s’en offusque outre mesure. Alors ce disque n’est peut-être qu’une goutte d’eau dans l’océan mais ce genre de goutte pèsera certainement plus que les autres. Il suffit juste de s’en convaincre.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 22-11-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/scratchperverts

?>