.:.Chronique.:.

Pochette

Sibyl Vane

The Locked Suitcase

[A Tant Rêver Du Roi::2008]

|01 Reflection|02 Say The Word|03 Sister|04 The Dress Code|05 Poison Apple|06 Meetin The Wolfman|07 The Suitcase|08 A Place To Stay|09 The Fox & The Lizard|10 As We Fall|11 Whores !|12 Myriad Bubbles|

Avec un nom aussi évocateur, Sibyl Vane ne pouvait que faire une musique aux accents torturés et passionnés. Le tourment est quelque chose de très présent chez ces palois et il ne peut en être autrement quand on déclare que « l’amertume est un bon début ». Auteur d’un rock enlevé aux considérations esthétiques bien arrêtés, Sibyl Vane explore les bas fonds de la condition humaine avec une assurance certaine mais aussi avec quelques maladresses. Ceci étant cela ne les empêche pas d’être bien entouré. En effet, le groupe s’est d’abord attribué les services du producteur Howard Bilerman (qui a tout de même comme fait d’arme majeur le Funeral d’Arcade Fire). Ce dernier a fait un travail tout à fait honorable et a mis en valeur de façon plus que correcte les chansons du groupe. Et celles-ci le méritent amplement quand bien même on y trouve, ça et là, quelques effets de style un peu inutiles. D’autres guests viennent s’ajouter comme celles de Mike Garson (qui a été longtemps musicien pour David Bowie), Lydia Lunch ou Géraldine Devillières (qui peut compter Sylvain Chauveau ou Angil parmi ses récentes collaborations). Cependant, avoir de nombreux invités, aussi talentueux soient-ils, ne fait pas toujours tout. Heureusement, pour The Locked Suitcase, ils ont été utilisé à leur juste valeur. Cet album est d’une belle force noire et nous montre un groupe qui n’est pas du genre à se choisir un nom parce que cela sonne bien. On comprend bien vite que le choix de ce nom n’est pas le fruit du hasard et que sa signification par rapport au romand d’Oscar Wilde est tout à fait approprié à la musique de cette jeune formation. Ce deuxième album est tout à fait à la hauteur de ce que Paradoxes avait laissé entrevoir. L’album se termine par le flux et le reflux des vagues, image d’apaisement qui rappelle une certaine forme de romantisme qui a un peu disparu des musiques modernes.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 15-11-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/borntobeoscarwilde

?>