.:.Chronique.:.

Pochette

Clues

s/t

[Constellation ::2009]

|01 Haarp|02 Remember Severed Head|03 Approach The Throne|04 In The Dream|05 You Have My Eyes Now|06 Perfect Fit|07 Elope|08 Cave Mouth|09 Crows|10 Ledmonton|11 Let's Get Strong|

Les plus belles surprises sont celles que l’on n’attend pas. En soit, personne n’aurait parié un kopeck sur Alden Penner et Brendan Reed lorsqu’ils ont décidé de former Clues avec Ben Borden, Lisa Gamble et Nicholas Scribner. Pourtant on aurait du se méfier un petit peu. Alden Penner avait fait parti des trop vite disparus The Unicorns et Brendan Reed, après avoir été dans les rang d’Arcade Fire, s’était distingué chez Les Angles Morts. Un petit soupçon pouvait au moins se faire jour. Contre toute attente ce premier album est en train de remporter tous les suffrages. Pourtant, Clues, dans la forme, n’est pas particulièrement innovant et ne propose rien de vraiment neuf. Alors quoi ? Sur des principes déjà connus, les canadiens montrent qu’ils ont tout compris et se sont fendus de onze morceaux aussi impeccables qu’enthousiasmants. Au début on y croit pas mais il a bien fallu se rendre à l’évidence, ce disque est dévorant et qui ne connaît aucune faiblesse apparente. Il aurait pu en avoir tant le groupe sait jouer sur plusieurs tableaux. En effet, cet album n’a rien d’uniforme et adore alterner, ne restant ainsi jamais sur le même pieds. A la fois calme, nerveux, rêveur, émotionnel, se risquant même à chanter en français sur In The Dream, Clues montre plusieurs visages et ceux-ci leurs conviennent parfaitement

Ce sont des Danseurs-Visages, ces personnages polymorphes connus dans l’œuvre de Frank Herbert. Ils sont capables, tout en restant cohérent, un indie-rock tout en relief, s’appropriant des couleurs sonores différentes. Ils donnent l’impression que quel que soit le registre dans lequel ils interviennent, ils sont à l’aise. Pour tout dire, ce premier effort de Clues n’a même pas besoin d’être expliqué tant il est l’évidence même. Voici donc un album qui se vit viscéralement plus qu’il est cérébral. Il n’y a aucune question à se poser. Il y a juste à appuyer sur la touche « play » et constater ce qui tombe sous le sens. On commence même à dire que cet album sera l’un, sinon celui, de l’année. C’est possible après tout mais cela n’a vraiment pas une importance capitale. Ce qui compte, finalement, c’est tout le plaisir que l’on prend à l’écoute de ce disque, et celui-ci est énorme.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 25-10-2009

A voir également :

http://www.cclluueess.com

?>