.:.Chronique.:.

Pochette

Garneau, Chris

El Radio

[Fargo::2009]

|01 The Leaving Song|02 Dirty Night Clowns|03 Raw And Awake|04 Hands On The Radio|05 No More Pirates|06 Fireflies|07 Hometown Girls|08 Over And Over|09 The Cats & Kids|10 Lucioles En Ré Mineur|11 Things She Said|12 Pirates Reprise|

Chris Garneau avait surpris son monde avec l’intimiste Music For Tourists qui, sans faire trop de bruit, avait finit par s’imposer au point que ce nouvel album était attendu de pieds ferme par pas mal de monde. L’américain aurait pu choisir de continuer sur la même voie, faire une copie conforme du premier, histoire de surfer sur la vague. Heureusement, il s’est engagé sur une évolution positive qui le fait grandir autrement qu’en restant sur le même registre. Si le piano, instrument de prédilection de Garneau, est bel et bien présent, on constate agréablement que l’orchestration est nettement plus riche, plus fouillée donnant un poids supplémentaire à ses compositions toujours aussi sensibles et frappées du sceau de la fragilité. Ce qui ne change évidemment pas c’est l’immense pathos que Chris Garneau impose à ses chansons même si des titres comme Dirty Night Clowns respirent un plus la joie de vivre. Clairement, notre homme a su garder ses couleurs automnales et une sophistication qui mettent en évidence l’univers d’un solitaire qui tente de partager ses états d’âmes sans pour autant se livrer totalement. Personnage complexe, on a déjà commencer à le comparer à Sufjan Stevens ou Elliot Smith. C’est une idée comme une autre et elle peut se justifier. Ce qui est certain c’est que El Radio est un album rassurant, fort bien écrit et qui montre un Chris Garneau bien plus inspiré qu’on ne l’aurait cru.

Par contre il est difficile de dire si El Radio est supérieur à Music For Tourists. On peut très bien ne pas choisir après tout et apprécier ces deux disques juste pour ce qu’ils représentent. Chris Garneau, lui, poursuit son bonhomme de chemin et préfère regarder de l’avant. El Radio est une étape pour un artiste qui semble encore en phase du mutation. Personne ne sait vraiment jusqu’où il est capable d’aller. Il est probable qu’il ne le sache pas lui même. C’est sans doute anecdotique. Ce qui l’est moins c’est ce El Radio qui propose des chansons saisonnières. En effet, Garneau a écrit trois chansons pour chaque saison de l’année et qui sont sensés les représenter. Il en a une idée toute particulière et on a parfois du mal à se mettre à sa place tant sa musique ne fait que trop rarement penser aux chaleurs du soleil qu’il soit printanier ou estival. Peu importe, l’essentiel est ailleurs. El Radio touche au but avec grâce et volupté et, ici, c’est tout ce qui compte.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 22-10-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/chrisgarneau

?>