.:.Chronique.:.

Pochette

Bug, Steve

Collaboratory

[Poker Flat::2009]

|01 Trees Can't Dance|02 Swallowed Too Much Bass feat. Paris The Black Fu|03 Strong Moment feat. Cassy|04 You Never...|05 Month Of Sip (with Clé)|06 Mr.Suitcase|07 Trust In Me feat.Virginia|08 Passing Clouds (with Simon Flower)|09 Still Music (with Donnacha Costello)|10 Like It Should Be feat. Gigi|11 Cherry Blossoms|

Mine de rien cela fait presque vingt ans que Steve Bug est présent. Le temps pour lui de nous abreuver de ses nombreuses productions ainsi que celles de son label Poker Flat. Au vu de son œuvre nous n’avons pas eu à nous en plaindre. Le nouvel album de Steve Bug ne va sans doute pas bouleverser son quotidien mais il nous rappelle très justement qu’il est, ce dont personne ne doute, l’un de ceux qui ont porté haut et fort les couleurs de la cause techno et de ses nombreux dérivés (en particulier la musique house). Comme son titre le laisse entendre Collaboratory est un ensemble de morceaux (enfin la plupart) qui ont été travaillé avec de tierces personnes. On peut compter parmi eux Donnacha Costello, Simon Flower, Clé ou Paris The Black Fu (Detroit Grand Pubahs). Du beau monde mais Steve Bug a toujours su bien s’entourer. Chacun peut se souvenir de ses associations avec Miss Kittin ou Richie Hawtin. Pour autant Collaboratory est bien un album à part entière et ne saurait être une œuvre compilatoire aux ambitions limitées. Ici, Steve Bug nous apparait en pleine forme et nous offre un album solide à la mesure de son talent.

Collaboratory est l’exemple même de l’album intègre. Il combine tous les ingrédients nécessaires pour concocter une suite de morceaux tous aussi bons que les autres. Cependant, à force d’être un peu trop intègre on manque parfois de fantaisie. Sans vraiment jouer la sécurité, Steve Bug ne prends pas beaucoup de risques non plus. Notre homme fait jouer sa longue expérience et ceux qui ont participé à l’album n’ont fait qu’un travail assez discipliné. Collaboratory est donc un album assez classique de deep house teinté de minimale mais qui n’est pas dénué d’intérêt non plus. On prend beaucoup de plaisir à son écoute et on reconnait facilement que Steve Bug n’est pas un vulgaire escroc. L’Allemand a peut-être atteint ses limites il y a longtemps mais ce qu’il fait n’a jamais perdu en qualité. C’est pour cela que Collaboratory est une bonne livraison et qu’elle peut prétendre à égayer nos longues nuits.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 14-10-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/buginmyspace

?>