.:.Chronique.:.

Pochette

Mintzkov

360°

[Volvox Music::2009]

|01 Life After Fire|02 One Equals A Lot|03 Return & Smile|04 360°|05 Ruby Red|06 Miles Ahead|07 Let's Talk Things Over|08 The State We're In|09 Title You|10 Sugar Rush|11 Hitma|

Ex Mintzkov Luna, le groupe d’Anvers nous revient avec un album qui dépasse enfin les frontières de la Belgique. La première chose qu’on ait eu à faire c’est de souligner les ressemblances avec dEUS. De ressemblance, en fait, il n’y a vraiment que la voix de Philip Bosschaerts qui puisse être mise en parallèle avec celle de Tom Barman. Ou alors il faut savoir de quel dEUS on parle. Celui de Worst Cast Scenario ? Ou celui de The Ideal Crash ? Assurément Mintzkov est plus à placer dans la deuxième solution. Pourtant le groupe se défend d’être un ersatz de ses glorieux ainés. De toute façon ils pourront s’agiter comme ils veulent pour se défendre de ce que tout le monde, ou presque, a remarqué, ils ne pourront effacer comme cela cette idée qui s’est ancrée bien profondément dans l’esprit de chacun. A partir de là deux cas de figure. Soit tout le monde s’en fout et Mintzkov connaitra une belle petite carrière, soit ils seront enterrés vite fait bien fait, sans laisser de traces. La tendance actuelle est bien de laisser une chance à Mintzkov car, manifestement, il y a un peu de contenu dans ce qu’ils font.

Quoi qu’on puisse penser du groupe, leur second album, 360°, a quelques arguments à faire valoir. Le premier est bien le fait que les chansons du groupe ont de la tenue et qu’il n’a pas à rougir ni même à renier ce qu’elles sont. Globalement on peut même dire que ce disque est une réussite puisque Mintzkov a su mettre ses chansons en valeur sans qu’il y ait le moindre dérapage. Dans un idéal pop-rock, les belges auraient surement pu trouver une petite place où se mettre. Techniquement, émotionnellement et qualitativement ce disque se tient et le parallèle indélébile fait avec dEUS a de moins en moins d’importance au fur et à mesure qu’on s’approprie 360°. A l’évidence, Mintzkov ne sera jamais lauréat au concours Lépine mais on peut toutefois louer leur abnégation à ne pas baisser les bras et de proposer une musique qui fait plaisir à entendre même si on ne se fait pas trop d’illusion. L’essentiel est sauf.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 09-10-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/mintzkov

?>