.:.Chronique.:.

Pochette

Fiery Furnaces, The

I'm Going Away

[Thrill Jockey::2009]

|01 I'm Going Away|02 Drive To Dallas|03 The End Is Near|04 Charmaine Champagne|05 Cut The Cake|06 Even In The Rain|07 Staring At The Steeple|08 Ray Bouvier|09 Keep Me In The Dark|10 Lost At Sea|11 Cups & Punches|12 Take Me Round Again|

Remember, double live sorti l’année dernière, en avait inquiété quelques uns au point qu’ils estiment qu’il était temps soit de se détourner du groupe, soit de faire une petite pause avec cette entité bicéphale qui ne nous avait pas ménagé ces six dernières années. Nouvelle année, nouvel album. Et I’m Going Away est manifestement fait pour rassurer tout le monde voire même plus. Parce que oui, The Fiery Furnaces est revenu à de bien meilleures intentions (les avaient-elles seulement quitté ?) et ce I’m Going Away est la preuve flagrante qu’ils n’ont pas encore entamé la mauvaise pente. Bien au contraire, ils continuent ici leur ascension et on a l’impression que le sommet qui est à atteindre ne le sera jamais. Pourquoi ? Tout simplement parce que chaque album du groupe est comme une remise en question, se donnant les moyens d’explorer de nouvelles formules au risque qu’on n’arrive plus à les suivre. Mais avec ce disque comment peut-on ne pas les accompagner encore un bout de chemin ? Certes, on pourra toujours leur faire remarquer que le classicisme assumé de I’m Going Away n’est pas forcément fait pour les servir. C’est sans doute se tromper lourdement que d’affirmer cela. En effet, pour un groupe qui a toujours su s’appuyer sur un rock moderne et porté sur l’avenir, se tourner vers des formes plus conventionnelles devient, avec eux, un vrai défi.

Et encore, on se rend compte assez rapidement que même quand ils font leur un rock plus classique cela ne l’est, finalement, jamais tout à fait. The Fiery Furnaces ne peut vraiment pas se contenter de faire dans le convenu et le prévisible. C’est pour cela qu’il faut que ce disque ait parfois quelques aspects tordus comme sur Staring At The Steeple, histoire de dire que, malgré tout, The Fiery Furnaces reste The Fiery Furnaces. De toute façon, pour ceux qui préfèrent de loin leur caractère plus désaxé, il faut qu’ils sachent qu’une seconde version de ce disque a déjà été enregistrée. Quoi qu’il en soit les deux Friedberger montrent qu’ils sont pleins de ressources et que même quand ils estiment qu’ils peuvent rentrer dans la norme, ils se débrouillent pour mettre la honte à tout le monde tellement ils ont de longueurs d’avance. La splendeur du pop-rock a repris subitement vie avec The Fiery Furnaces et personne ne pourra décemment leur contester cela.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 01-10-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/thefieryfurnaces

?>