.:.Chronique.:.

Pochette

Varlet, Alexandre

La dragueuse de fond

[?::2003]

En voilà un à qui les succès des Delerm, Bénabar, et consorts ont profité. Depuis le temps (au moins 2 ans non!?) qu'Alexandre avait tourné la page de son premier album (il ne jouait plus en concert que les morceaux ici présents). Cet album Alexandre et Richard, le bassiste attitré, l'ont depuis longtemps sous le coude et n'attendaient plus que quelqu'un veuille bien le sortir. Alors forcément pour les inconditionnels il n'y a pas grand chose de nouveaux dans cet album mais il est très agréable de savoir que tout cela est définitivement gravé dans le granit et disponible à tout instant. Seul "Espèce de chien" passe moins bien l'épreuve du studio, trahissant ainsi un fait indéniable, Varlet est bien plus impressionnant en live, la plupart des morceaux perdent un peu d'énergie (sauf s'il s'agissait déjà de morceaux lents comme "lune rousse"). "Ce jour" accuse également une petite baisse de régime au niveau de la ligne basse mais reste tout de même le point fort de ce disque homogène, avec l'impressionnant "l'amour épinglé" porté exclusivement par des cordes. Si par hasard vous n'étiez qu'à moitié convaincu (peut-être influencé par certaine critique?) par cet excellent album je vous encourage vivement à redécouvrir le premier album, plus dépouillé, et surtout à aller voir Alexandre sur scène où finalement, à l'instar de Miossec, il fait basculer la variété dans le rock.

note : 6

par Spada, chronique publiée le 15-10-2003

?>