.:.Chronique.:.

Pochette

Alif Tree

Clockwork

[Compost::2009]

|01 Au Revoir|02 Way Down South|03 Never Be The Same|04 Reality|05 Mai|06 Que Tu|07 Not Gonna Waste My Time|08 Without Her(th)|09 Timestreched|10 Dead Flowerz|

Ce qu’il y a de bien avec Alif Tree c’est que vous pouvez prendre n’importe lequel de ses albums il n’y a dessus jamais vraiment de déchets. On loue même chez lui, sa souplesse, sa limpidité, sa fluidité qui ont fait sa réputation. Nous avons encore en mémoire French Cuisine ou Spaced où l’on découvrait un Alif Tree resplendissant et inspiré qui déclamait son amour du jazz et des voix féminines. Avec Clockwork on ne se sentira pas perdu mais on constate tout de même une réelle évolution. La méthode est toujours là, l’empreinte sonore également mais Alif Tree s’est orienté vers des formats plus pop, plus chanson et ouvre désormais l’espace vocal aux hommes et celle de Tony Joe White en tête. Il faut dire que l’album a été enregistré à Nashville et l’endroit inspire généralement autre chose que les évocations jazzy habituellement entendues chez le marseillais. Ces dernières n’ont évidemment pas disparues mais il apparait évident que notre homme a senti le besoin d’ouvrir son champ de vision et de ne pas se laisser enfermer dans des formats musicaux qui auraient facilement tendances à lui être associés.

De toute évidence sur ce nouvel opus Alif Tree se fait plaisir et même si certaines critiques pleuvent arguant qu’il plonge dans la facilité en faisant de la musique pour « bobos parisiens » c’est lui prêter des intentions qu’il n’a pas forcément. Si il y a agacement par rapport à ce disque il y aurait du en avoir également pour les précédents tant on peut avoir le même type de sentiment à chaque fois qu’Alif Tree sort un album. Je crois sincèrement qu’on se trompe de combat et qu’on perd là l’essentiel de la musique du Français. Ce dernier met à toujours mis l’accent sur une production léchée, très orchestré et suave avec un attrait particulier avec les mélodies sensuelles et rêveuses. Et dans ce genre là, Alif Tree est passé parfaitement maître et faisant toujours preuve d’un bel esprit d’écriture. Alors des morceaux comme Mai peuvent bien faire hurler quelques-uns cela ne changera pas la donne pour autant. Clockwork est parfaitement ce à quoi nous sommes en droit d’attendre d’Alif Tree. Le reste n’est que pur bavardage.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 22-09-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/aliftree

?>