.:.Chronique.:.

Pochette

Bel, Thomas

The Birds Are Still The Monarchs

[Annexia Records::2009]

|01 Aubes|02 Lend Lende|03 Les Vagues|04 A Gaze, Complete|05 Tesse|06 Negative Waters|07 Froids|08 Die Linien Der Herbstes|09 A Demi Penché Sur Ton Murmure|

La question du temps a occupé l’esprit de beaucoup d’artistes et a été traité de biens des manières. Un sujet universel mais également difficile dans lequel il est aisé de tomber dans des stéréotypes. Le toulousain Thomas Bel s’est appuyé sur des textes poétiques pour étudier la question temporelle. Dans un esprit minimaliste, étiré et vaporeux à la Labradford, Bel donne au temps une image floue, quelque peu froide mais dont l’essence même se veut être une représentation du beau tout en expurgeant tout ce qui pourrait contrarier la sérénité de l’ensemble. Ainsi, guitares, violoncelle, field recordings et différents traitements électroniques (drones, click ‘n’ cut…) se mêlent harmonieusement et ce dans un environnement qui semble s’étendre à l’infini. Ce qu’il y a d’appréciable avec ce genre de musique c’est que c’est toujours humble, on ne cherche pas l’exploit mais simplement un état de détachement. On se sent alors éloigné des choses qui nous entourent, modifiant ainsi notre perception du temps (encore et toujours) et de l’espace. Cependant, et Thomas Bel doit le savoir, son champ d’investigation a déjà été exploré. De fait, et c’est ce qui le rend intéressant, il ne cherche pas à brusquer les choses. Il les laisse venir à lui pour mieux les retraduire.

Il n’y a donc pas de réelles surprises ici mais sur les quarante huit minutes de l’album on ne constate aucunes déficiences notables. Certes, nous ne sommes pas dans un univers très cartésien avec Thomas Bel. On fait plus ici appel à l’imaginaire, à la rêverie, au symbolisme mais certainement pas à la logique et au pragmatisme. Ce premier album montre, en tout cas, de belles choses et ce en dehors de tout prêt à penser. En effet, Thomas Bel est à des années lumières des cadres musicaux conventionnels qui abreuvent quotidiennement les médias de grandes écoutes. Il appartient bien à une famille musical, dégage une empreinte sonore reconnaissable par rapport à des précédents mais il n’est pas difficile de constater qu’il n’y a rien ici qui puisse confirmer le moindre soupçon de conventionnel. Et c’est tant mieux car The Birds Are Still The Monarchs est une belle introduction pour un musicien dont les capacités ne demandent qu’à s’épanouir et continuer à émouvoir.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 21-09-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/thomasbel

?>