.:.Chronique.:.

Pochette

Stinking Lizaveta

Sacrifice And Bliss

[Monotreme Records::2009]

|01 Autochthony ! Autochthony ! |02 A Day Without A Murder|03 Zeitgeist, The Movie|04 When I Love You|05 Sacrifice And Bliss|06 We Will See|07 A Man Without Country|08 Superluxation|09 Trouble Mountain|10 The Man Needs Your Pain|

Le problème avec les groupes purement instrumentaux c’est qu’ils ont parfois tendance à en faire un peu trop ou pas assez. Il est alors toujours difficile de trouver l’équilibre et de ne pas se perdre dans un tricotage musical sans intérêt. Cependant avec Stinking Lizaveta nous sommes tout disposés à revoir notre position. Exubérant, touchant autant au stoner, au jazz, au sludge, à la fusion, au prog ou au rock le plus basique, ce trio de Philadelphie est le contre-exemple typique. Capable de dégager une énergie terrible ainsi qu’une virtuosité exemplaire, on découvre également un groupe capable de présenter des instants plus sensibles et subtils qui montrent qu’ils ne sont pas de gros bourrins sans intelligence. Sur le principe guitare – basse – batterie, Stinking Lizaveta réalise un petit miracle. Les américains ne sont jamais sur la défensive et se montrent à l’aise dans pas mal de compartiments de leurs jeux. De toute façon on ne la fait pas à Stinking Lizaveta. Quinze de labeur leur ont permis d’affiner leur propos et d’éviter tous les pièges les plus grossiers. Aujourd’hui le trio est magnifiquement rodé et est manifestement prêt à en montrer à tout le monde. Ceux qui suivent le groupe depuis au moins leur premier album vous diront qu’ils ont toujours été plus ou moins comme cela. Il n’empêche que Sacrifice And Bliss apparait comme l’un de leur tout meilleur album, du moins celui qui laisse le plus transparaitre leur imagination débordante.

Car oui, Stinking Lizaveta n’aime pas la simplicité. Leurs morceaux sont souvent tortueux et ne se révèlent que dans leur complexité et leurs débordements. Sacrifice And Bliss est le genre de disque qui vous atomise en deux temps, trois mouvements, vous donne l’envie de transpirer comme le dernier des rednecks et de trouver ça terriblement bon. Certes la finesse n’est pas spécialement leur propos mais ils se rattrapent largement par une capacité à imaginer de longues échappées électriques qui sortent de l’ordinaire policé. Bref, une belle équipe de cinglés. D’ailleurs il n’y a qu’à voir leur tronche pour voir que quelque chose ne tourne pas rond dans leur tête. Cependant, cet état d’esprit, c’est tout à leur honneur et c’est ce qui fait leur spécificité. Autrement nous aurions affaire avec des besogneux sans mérite. Il est grand temps que Stinking Lizaveta se fasse une réputation en Europe. C’est même urgent.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 10-09-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/stinkinglizaveta

?>