.:.Chronique.:.

Pochette

Gibson, Laura

Beasts Of Seasons

[Souterrain Transmissions::2009]

|01 Shadows On Parade|02 Come By Storm|03 Spirited|04 Postures Bent|05 Funeral Song|06 Where Have All Your Good Words Gone ?|07 Sleeper|08 Sweet Deception|09 Glory|

On en avait parlé lors de la réédition de If You Come To Greet Me. Beasts Of Seasons est le nouvel album de Laura Gibson et celui-ci a trouvé un magnifique point de chute pour l’Europe. En effet, l’Américaine a toujours été fidèle au label Hush mais pour traverser l’Atlantique, elle se devait de trouver un autre label afin d’être distribué en Europe. C’est pour cela que If You Come To Greet Me est paru sur Borne et que Beasts Of Seasons l’est sur Souterrain Transmissions, jeune label fondé par deux maitres à penser de Touch & Go et City Slang. Cependant, ce qui nous importe le plus c’est bien de savoir si ce nouvel opus est à la hauteur du précédent. Il faut se rendre à l’évidence, la jeune femme n’a rien perdu de son inspiration et elle a gardé cette capacité à nous transporter à mille lieux des choses matérielles de notre temps. D’ailleurs, en parlant de temps, celui-ci s’écouler, en compagnie de Laura Gibson, avec lenteur dans une atmosphère sereine et détacher. Elle nous invite dans son intimité mélancolique où sa musique crépusculaire fait merveille. Tombé sous le charme de If You Come To Greet Me, on ne saurait l’être moins avec Beasts Of Seasons. Mais encore une fois, sans être la plus originale d’entre tous, elle se distingue par sa grâce et sa fragilité.

Souvent comparée à Julie Doiron (on n’avait pas pu s’en empêcher sur If You Come…), Laura Gibson mérite sans doute autant de lauriers que sa consoeur. Elle touche tout autant au sublime et on serait presque amené à croire que ce disque tient du miracle. Alors que la récupération du renouveau folk, bat son plein, il est tout de même heureux d’entendre des artistes comme Laura Gibson qui ont su préserver une véritable authenticité. Nous n’en sommes pas encore à la célébrer comme la prochaine papesse de la guitare sèche (d’ailleurs, cela ne serait même pas souhaitable) mais il est tout même indéniable que nous avons affaire là avec l’une des nouvelles pépites du genre. Le précédent disque était déjà une divine surprise mais celui-ci l’installe définitivement comme l’un des grands espoirs du song writing folk de ces prochaines années. A nous, à présent de ne pas passer à côté. Ceci-dit vous ne pourrez pas vous plaindre qu’on ne vous aura pas prévenu.

Laura Gibson at OMSI from The Penny Jam on Vimeo.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 09-09-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/lauragibson

?>