.:.Chronique.:.

Pochette

Your Happy End

Seven Windows For Six Dreamers

[Autoproduction::2009]

|01 Dying Above The Clouds|02 Cable Car|03 Page 7|04 Movie Star|05 Loss A Lift|06 Weigh Down|07 Afternoon Snacktime|08 Window|09 Super Fridge|10 Lakak|11 December>>>>>>>|12 >>>>>>>Song|

Il n’est pas toujours utile d’être nombreux pour créer une dynamique. C’est peut-être ce qu’ont du se dire Guillaume Zolnierowski et Aurélien Bortoluzzi qui forment le duo Your Happy End. Auteur d’un premier album foisonnant, le duo s’est construit une identité en petit comité évitant ainsi les excroissances inutiles. De toute façon l’écoute de Seven Windows For Six Dreamers suffit à faire comprendre que la symbiose entre les deux hommes ne nécessitait aucunement d’apport supplémentaire. Your Happy End se fend d’une indie-pop hybride qui laisse la porte ouverte à différents univers sonores. Ainsi, on peut très bien passer d’une touching-pop à quelque chose affleurant une intimité folk ou, sans honte, s’essayer au hip hop en évitant largement le ridicule. En ce sens, les havrais sont assez étonnants car ils touchent souvent juste et malgré le caractère un peu éclaté de l’album on en ressort pas forcément choqué pour autant. On est même prêt à trouver cela normal tant il existe une richesse musicale et une sensibilité profonde dans la plupart des morceaux du groupe.

Il est à noter également que la qualité de ce disque tient aussi à l’appréciable travail de Mickaël Mayeu (production et mixage) et d’Alan Ward (masterisation) qui sont pour beaucoup dans la réussite de l’ensemble. On pourrait également évoquer toute une flopée de références pour essayer de situer cet album mais cela ne servirait qu’à vous perdre. En effet la variété de cet album est telle que citer des artistes aux univers complètement différent ne ferait que donner une image faussée et pas vraiment réaliste de la chose. On se contentera de souligner une approche originale et souvent bien amenée par Your Happy End qui a choisi de rester ouvert d’esprit en privilégiant une construction mélodique qui s’oppose à tout opportunisme. Seven Windows For Six Dreamers surprends autant qu’il charme car le propos n’est pas d’en mettre plein les yeux et les oreilles mais bien de favoriser l’écriture, une forme musicale originale et émotionnelle tout en dégageant une honnêteté qu’on ne saurait discuter. Exemplaire.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 05-09-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/yourhappyend

?>