.:.Chronique.:.

Pochette

Conor Oberst And The Mystic Valley Band

Outer South

[Wichita::2009]

|01 Slowly (Oh So Slowly)|02 To All the Lights in the Windows|03 Big Black Nothing|04 Air Mattress|05 Cabbage Town|06 Ten Women|07 Difference Is Time|08 Nikorette|09 White Shoes|10 Bloodline|11 Spoiled|12 Worldwide|13 Roosevelt Room|14 Eagle On A Pole|15 I Got The Reason #2|16 Snake Hill|

Personne ne sait vraiment si Bright Eyes sortira un jour un nouvel album. C’est sans doute un peu tôt pour se prononcer puisque Cassadaga n’est sorti qu’il y a deux ans. Cependant Conor Oberst semble plus préoccupé par sa propre carrière qu’il soit seul ou, comme ici, accompagné de The Mystic Valley Band. Peut-être une manière pour lui de s’affranchir de l’image un peu trop pesante de Bright Eyes. Un groupe pour lequel on a sans doute trop attendu. A présent et quoi qu’il arrive, les faits et gestes de Conor Oberst seront scrutés et il est probable que rien ne lui soit pardonné. De fait un album moyen de sa part sera considéré comme un échec. Ce fut déjà le cas avec Bright Eyes et ce sera manifestement le cas pour les disques de Conor Oberst. Ainsi Outer South risque t’il de ne pas faire l’unanimité. Alors de deux choses l’une, soit on a surestimé le bonhomme, soit il se retrouve dans une impasse dont il sera difficile pour lui d’en sortir. Chacun pourra prendre position mais force est de constater que Conor Oberst n’est plus en mesure de nous surprendre et que le feu sacré n’est pas encore au stade du souvenir mais nous n’en sommes pas loin.

Pourtant ce disque n’est pas spécialement mauvais. Il est juste moyen et des plus convenu. On sent qu’avec ses nouveaux camarades il se fait plaisir, se met en roue libre tout en jouant la sécurité. Cela ne l’empêche pas d’écrire des chansons tout à fait correctes avec, par moments, des sursauts de génie comme sur Big Black Thing. On se demande alors si Conor Oberst n’est pas, tout simplement, rentré dans le rang au risque de le voir se noyer dans la masse des artistes communs sans avoir la moindre chance de rédemption. Cependant il est bien d’une autre trempe et il nous l’a prouvé à maintes reprises. Pour cet Outer South on reste toutefois mitigé à son écoute. Ni bon, ni mauvais ce disque est pourtant dans la logique des efforts précédents qui depuis au moins I’m Wide Awake, It’s Morning et Digital Ash In A Digital Urn. C’est plaisant mais ce n’est pas aussi renversant qu’auparavant. Oberst semble être dans un purgatoire dont il ne semble pas pouvoir en sortir. Cela peut donc durer un moment et ce n’est fait pour nous rassurer.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 03-09-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/conoroberst

?>