.:.Chronique.:.

Pochette

Danger Mouse & Sparklehorse

Dark Night Of The Soul

[-::2009]

|01 Revenge |02 Just War|03 Jaykub|04 Little Girl|05 Angel's Harp|06 Pain|07 Star Eyes (I Can Catch It)|08 Everytime I'm With You|09 Insane Lullaby|10 Daddy's Gone|11 The Man Who Played God|12 Grain Augury|13 Dark Night Of The Soul|

Dark Night Of The Soul est sans doute l’un des projets qui a le suscité le plus de curiosité cette année. Un projet qui tourne autour de la musique et de la photo tout en mettant en relation trois personnages aux horizons artistiques assez éloignés. Ainsi David Lynch, Mark Linkous (Sparklehorse) et Brian Burton (Danger Mouse) se sont réunis pour une œuvre commune et multidisciplinaire. Ce dernier est d’ailleurs celui qui fait le lien avec les deux autres. Fan du cinéaste depuis longue date, Burton s’est d’abord associé à lui pour mettre en rapport les travaux photographiques de Lynch et la musique qui avait été écrite en collaboration avec Mark Linkous dans le cadre d’une installation visible à la galerie Michael Kohn à Los Angeles. Si l’album seul est disponible gratuitement en téléchargement on aussi le retrouver dans le livre qui reprend les photographies de Lynch. Si ce dernier participe sur deux morceaux de l’album (Star Eyes (I Can Catch It) et Dark Night Of The Soul), c’est aussi toute une pléiade d’artistes qui apportent leur touche personnelle à l’album. Ainsi, successivement, ne voit-on pas The Flaming Lips, Gruff Rhys (Super Furry Animals), Jason Lytle (Grandaddy), Julian Casablancas (The Strokes), Franck Black, Iggy Pop, James Mercer (The Shins), Nina Persson (The Cardigans), Suzanne Vega et Vic Chesnutt pousser la chansonnette et se mettre au service des deux auteurs.

Deux auteurs qui, d’ailleurs avaient déjà bossé ensemble sur Dreamt For Light Years In The Belly Of A Mountain de Sparklehorse sur lequel on retrouvait également deux membres de The Flaming Lips. Comme quoi, il n’y a pas trop de hasard. Voilà donc des gens qui sont habitués à se fréquenter et qui parviennent à attirer vers eux d’autres artistes sur la foi de chansons biens tournées et sur lesquelles ils ont pu insuffler tout leurs savoir faire. Car oui, Dark Night Of The Soul est un beau disque et même plus que ça. On y trouve les plus beaux principes de l’indie-rock, sobre, simple, efficace, utilisant les bonnes tournures sans en faire de trop. Chacune des chansons semble être taillée pour celui qui l’interprète. Malgré les différences qui existent entre les artistes en présence, chacun s’en sort sans avoir à écraser d’arrogance son petit voisin. Et c’est plutôt heureux car l’album gagne ainsi en cohérence et n’a pas à se chercher des excuses pour la présence de tel ou tel. On pouvait être méfiant quant au résultat final mais il n’y a pas à douter que nous tenons là l’un des disques de l’année. En tout cas ce sera sans doute le premier qui sortira du circuit traditionnelle puisque sans label et à la disposition de tous. Incroyable projet pour une incroyable destinée.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 31-08-2009

A voir également :

http://dnots.com/

?>