.:.Chronique.:.

Pochette

Biomass

Electrozali

[Low Impedance::2009]

|01 You Must Log In In To Do That|02 Altamura|03 Near End|04 Esilio 99|05 Electrozali|06 Credit|07 Overlution|

Panos Kyveleas aurait pu devenir un DJ tout à fait honorable si, en 2003, il n’avait pas pris le parti de s’orienter vers des musiques plus minimalistes et expérimentales. Le Grec s’est tourné vers un public plus exigeant, peut-être moins ouvert aux escapades technoïdes mais plus alertes en ce qui concerne le côté plus cérébral de la musique électronique. Son idée principale a été de reconstruire les formes blues et jazz dans des ambiances que l’on pourrait qualifier de post-industrielles mais auxquelles on intègre une architecture sonore composée de basses lourdes, des nappes électroniques et des éléments tribaux et orientaux. Electrozali, qui est son troisième album, présente ainsi tous ces éléments de manière organisée, pensée jusqu’à la moindre note mais sans donner l’impression soit trop stéréotypé et prévisible. Avec des morceaux comme Altamura on pense avoir affaire avec un héritier de Muslimgauze mais le champ d’exploration de Kyveleas ne s’arrête pas aux marottes habituelles du britannique décédé. En effet, là où Muslimgauze répétait inlassablement les mêmes procédés, Biomass se veut plus varié et moins emprisonné dans des sphères musicales identiques. Tout en cherchant une certaine cohérence, notre homme élabore ses morceaux de manière à ne jamais lasser son auditeur et lui donner une impression de renouvellement.

Electrozali remplit donc parfaitement son rôle et Kyveleas est parvenu à produire un album plein et entier qui ne déçoit à aucun moment. Disque d’une parfaite maitrise il se révèle être tout à fait passionnant et débarrassé de toutes les impuretés sonores que le style post-industriel peut habituellement véhiculer. Peut-être est-ce là sa formation de pharmacien qui ressort permettant, peut-être inconsciemment, une sélection drastique des sons et une organisation de sa musique qui a plus attrait à la posologie plutôt qu’à une totale anarchie. Même quand il tente d’approcher les profondeurs, comme sur Overlution, il prend bien soin de ne pas aller trop loin dans l’obscur et l’inconnu. Cependant ce disque fait largement son effet et il présente un Kyveleas inventif, surement plein de ressources et offrant des possibilités futures que l’on a hâte d’entendre. Clairement, Biomass se pose comme l’un des espoirs des années à venir. Electrozali en est la preuve vivante.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 23-08-2009

A voir également :

http://www.biomass-av.com

?>