.:.Chronique.:.

Pochette

Blake/e/e/e

Border Radio

[Unhip Records::2009]

|01 Holy Dub|02 New Millennium's Lack Of Self Explanation|03 The Great Rescue Episode|04 Narrow Zone|05 Time Machine|06 The Thing's Hollow|07 Holy Yes To The Sunny Days|08 Dub-Human-Ism|09 Border Radio|10 Saint Lawrence Tears|

L’Italie et l’Amérique ont depuis longtemps entretenus des liens particuliers. Quant à savoir si l’histoire commune des deux pays à quelque chose à voir avec Blake /e/e/e, c’est peut-être aller un peu vite en besogne. Ce qui est certain c’est que Blake /e/e/e est composé pour moitié de deux anciens de Franklin Delano (Marcella Ricardi et Paolo Iocca) et de deux musiciens d’outre Atlantique (Egle Sommacal et Mattia Boscolo). Le line-up semble être assez changeant mais le cœur du groupe semble être tenu par le trio Ricardi-Iocca-Boscolo. Pour ce qui est de la musique de la formation, là aussi on constate que Blake /e/e/e aime le contraste et ouvre son horizon sonore à différents styles. Ainsi on peut autant entendre des sonorités dub, folk, pop, psyché, indie voire même avant-gardistes sans, pour autant réaliser le grand écart. Le quatuor tente, tout de même, de s’arroger une certaine cohérence et de ne pas trop dérouter l’auditeur. Si il est parfois un peu difficile de les situer il n’en demeure pas moins que ce premier opus se révèle être assez attractif. Il y a chez eux un réel effort de se démarquer des autres formations actuelles mais de manière non arrogante et sans avoir la volonté d’en mettre plein les yeux et les oreilles.

Tout cela reste bien humble et cette application à ne jamais être prétentieux est payante. En effet, sur des morceaux plus complexes comme Dub-Human-Ism et Border Radio on ne se sent ni agressé ni rejeté par une musique qui, manifestement, se montre moins abordable mais qui montre, malgré tout, un visage réfléchi qui tente d’approcher une certaine beauté originale. En soit, Blake /e/e/e y parvient comme si ils avaient permis à la musique de Mercury Rev ou de The Flaming Lips de se transformer pour aboutir à une forme hybride mais non dénuée de sens. Ce premier album pose les bases d’un groupe qui n’a pas les pieds sur terre mais qui est bien plus passionnant que n’importe quelles formations qui trustent les unes de magazines. Blake/e/e/e n’est manifestement pas là pour susciter la moindre hype ou se forcer à écrire des morceaux tubesques. Seul leur importe de construire une musique inspirée et détachée de toutes contraintes. Une démarche essentielle.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 12-08-2009

A voir également :

http://www.myspace.com/blake3e

?>